ChangeNow - Innovations, Startups : Économie circulaire Logistique, usage, gestion des déchets, recyclage

Nous avons couvert dans l'article précédent les innovations pour produire de manière écoresponsable et de manière plus générale les 6 innovations qui m'ont le plus interpellé à ChangeNOW. (English Version)

 

Cet article couvre une 2e partie de l'Economie Circulaire la logistiquel'usage, la gestion des déchets (tri,déchets sauvagesrecyclageupcyclingcompostage - Liens directs).  Un autre article aborde les innovations au CES Las Vegas : IA, IoT, Sustainability...

 

Rendre un événement éphémère, durable  est loin d'être aisé, c'est pourquoi j'ai aussi présenté la démarche qu'ont suivi Santiago Lefebvre et Rose-May Lefebvre-Lucotte, fondateurs de ChangeNOW et d'Etienne Villotte, fondateur de Epatant, scénographe de ChangeNOW pour rendre cet événement écoresponsable.

Sommaire (lien direct vers section)

Economie Circulaire : Logistique, Usage, Déchets, Recyclage, Pyrolyse

Événement éphémère et économie durable : Oxymore ?

Conclusion

 

Il y a 2 autres articles, le 1er est consacré à la production (locale, écologique, microalgues...), le 3e sur l'énergie, la biodiversité et l'eau. (Liens directs vers les parties de l'article)

Economie Circulaire : Logistique, Usage, Déchets, Recyclage, Pyrolyse

Logistique

Logistique maritime

Avec 50 000 navires marchands en circulation sur les mers du globe, le secteur maritime assume le transit de 90 % des marchandises transportées dans le monde, à un moment ou à un autre de leur cycle de vie.

Il représenterait 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon l'Institut supérieur d'économie maritime et 11% des émissions de CO2 dues au transport (le 1er étant de loin la route avec 74% de ces émissions puis l'avion à 12%).

 

 

Si cela paraît assez faible, sa croissance pourrait être beaucoup plus forte (*2,5 d'ici 2050).


Il existe plusieurs solutions pour y faire face. Tout d'abord une solution simple défendue par Philippe Louis-Dreyfus, président du conseil de surveillance de Louis-Dreyfus Armateurs (LDA) un des gros armateurs mondiaux et déposée par la France à l'Organisation Maritime Internationale (OMI), réduire la vitesse des bateaux !

 

Si les vraquiers qui représentent 70% de la flotte mondiale réduisent leur vitesse de deux noeuds soit de 15% (Vs 12 ou 13 noeuds aujourd'hui, environ 23 km/h), on peut réduire les émissions de CO2 de 20%.

 

L'autre mesure serait d'imposer un plafond annuel d'émissions de gaz à effet de serre pour une flotte. Chaque armateur garderait alors le choix de la méthode pour y parvenir.

Airseas - Voile additionnelle

Pour réduire la consommation, une technique qui commence à devenir en vogue est l'utilisation du vent comme force motrice complémentaire. AirSeas (spin-off d'Airbus et soutenu par LDA) présentait sa voile qui permettrait de réduire de 20% la consommation de fuel et donc de GES (Gaz à Effet de Serre).

 

Actuellement, ils ont évalué le gain sur terre mais ne l'ont pas encore testé en mer. Le système de pliage et de dépliage de la voile est bien conçu pour éviter que la voile tombe à la mer. D'autre part la solution est associée avec une cartographie des vents afin de proposer les routes permettant d'utiliser au mieux le potentiel vélique sans obliger à de trop longs détours.

 

En revanche, il n'y a pas d'adaptation en temps réel de la navigation en fonction du vent actuel ou anticipé à court terme. C'est évidemment l'usage en mer qui permettra véritablement de s'assurer de l'intérêt substantiel de cette solution. La solution est très intéressante dès lors qu'elle s'appliquera au parc actuel des bateaux et avant l'arrivée de nouveaux bateaux ayant une bien meilleure efficacité énergétique.

 

 

La voie à long terme est évidemment de construire des bateaux consommant dès leur conception moins de ressources fossiles. Ils utilisent aujourd'hui du fioul lourd, peu cher, très chargé en soufre, à 3,5%, "jusqu'à 3500 fois plus polluant que les voitures et ne sont pas équipés de filtres à particules" !

Zephyr et Borée (bureau d'études de navires) développe un premier bateau destiné à Arianespace pour transporter les éléments de la fusée spatiale de l'Europe jusqu'à Kourou.

 

Il utilise des voiles rigides articulées permettant une vitesse variant faiblement nécessaire au déplacement ces équipements très sensibles.

Neoline propose lui un cargo avec une voile souple (cargo roulier dit " ro-ro ", roll on â?" roll off à propulsion principale vélique et à propulsion auxiliaire diesel-électrique ) sur une ligne entre Saint-Nazaire et Baltimore (1er départ en 2022).

 

L'avantage de cet itinéraire est d'avoir des clients sur place avec du fret spécifique, qui ont un flux régulier de marchandises. A l'image des lignes aériennes entre villes moyennes, il évite la forte concurrence sur d'autres lignes.

 

Pour Neoline, la réduction de consommation serait de 80 à 90% avec une vitesse de 11 noeuds au lieu de 15/16 noeuds et donc une traversée de 13 jours au lieu de 9 jours entre Saint-Nazaire et Baltimore. Le gisement vélique est idéal sur cette route ce qui sera certainement une limitation sur d'autres trajets. La propulsion diesel-électrique reste toujours nécessaire pour permettre les manoeuvres au port ou en cas de manque de vent ou de vents instables (comme le Pot-au-Noir dans l'Atlantique).

Energy Observer

En fonction des routes choisies, le vent peut ne pas suffire pour propulser significativement des navires d'où la dernière solution, le stockage d'énergie sous forme d'hydrogène. Energy Observer se lance dans cette aventure, en combinant l'énergie solaire et le vent pour produire de l'hydrogène stocké dans une pile à combustible à partir de l'eau de mer.

 

Néanmoins, l'utilisation à titre principal de piles à combustible à hydrogène semble encore lointaine (> 5/10 ans) dans le domaine commercial et encore plus pour les gros navires. Les rendements énergétiques cumulés de la synthèse du dihydrogène et de la compression ou liquéfaction sont encore assez faibles. N'oublions pas que le dihydrogène n'est pas une source d'énergie primaire à la différence du pétrole ou du gaz ; c'est un vecteur d'énergie car il n'existe pas à l'état naturel, car toujours associé avec l'oxygène pour former l'eau (H20 !).

Logistique des grossistes

Avant de parvenir à des détaillants, les produits passent généralement par des grossistes. A Rungis, un très grand nombre de produits sont déplacés dans des bacs de polystyrène pour les produits frais comme le poisson, des cagettes en bois ou des cartons pour les autres produits alimentaires.

 

Pandobac propose aux entreprises de louer ses bacs (plastique PEHD recyclable) entre 2 et 5€ par mois plus 0,3€ pour le lavage du bac versus un coût unitaire et à usage unique de 0.60€ pour le carton, 0.80€ pour les cagettes en bois et 1.50€ pour le polystyrène. Leurs bacs ont été conçus pour facilement s'imbriquer lorsqu'ils sont vides et s'empiler lorsqu'ils sont remplis. L'intégration d'un QR Code facilite le suivi des bacs.

 

Il y a néanmoins un inconvénient pour le grossiste. Il va livrer son bac, par exemple à un restaurant qui va le garder le temps de le vider. Le grossiste ira le récupérer à la prochaine commande du restaurant en redonnant un autre bac. Pour que ça soit rentable pour le grossiste, il faut que le taux de rotation des bacs soit au minimum hebdomadaire (c'est le cas pour des produits frais) et que cela ne soit pas gênant pour lui que du matériel qu'il loue soit immobilisé chez ses clients. C'est sur le terrain que Pandoback verra rapidement si son modèle économique est pérenne pour lui et ses clients et s'il est "scalable". 

Dernier kilomètre

Living Packets, qui était présent au CES Las Vegas ainsi qu'à Viva Tech en 2018 (avec une solution beaucoup moins évoluée) a une démarche similaire en proposant la location d'un emballage connecté réutilisable et repliable pour un coût de 2€ mensuel à destination des sites e-Commerce. Il possède en plus un système de géolocalisation autonome et un écran e-Ink (qui n'a pas besoin d'alimentation électrique pour afficher mais pour changer d'affichage).

 

 

Le modèle économique est aussi innovant car il permet à des particuliers d'investir dans les box qui seront mis à la location et grâce auxquels ils peuvent tirer des bénéfices.

 

Là encore, la problématique est la voie retour du paquet. Living Packets a une incitation financière pour qu'un particulier remette en circulation des boxes auprès d'un réseau de magasins affiliés. C'est l'expérience terrain qui permettra de voir si ce modèle prend ou pas et s'il n'y a pas un risque que de nombreuses boxes restent immobilisées chez des particuliers.

Repack

Dans le domaine des colis, Repack proposait aussi des « enveloppes réutilisables », pour la voie retour, il suffit de remettre l'enveloppe vide dans une boîte aux lettres, le frais de retours sont inclus ! 


Circuit fermé - Loop

Loop

Les solutions pour réduire le coût et l'impact écologique de la « Reverse Logistics » (voie retour de l'emballage ou du produit du consommateur vers le fabricant) sont au coeur de l'économie circulaire.

 

Loop (filiale de TerraCycle) présentait sa solution en partenariat avec de nombreux industriels de l'agroalimentaire comme Coca-Cola, Maisons du Café, Nivea..

 

 


Lorsque vous commandez des produits sur Loop (en partenariat avec Carrefour), vos produits sont emballés dans un conditionnement réutilisable et lavable conçu par Loop en concertation avec les industriels et déposé dans un gros sac pliable, tout cela en échange du paiement d'une consigne.

 

Lorsque vous faites une nouvelle commande, le sac et les conditionnements sont récupérés par le livreur (Reverse logistics) et remplacés par vos nouveaux produits. Vous pouvez aussi demander l'enlèvement de vos sacs sans commander mais cela crée un retour à vide.

Ils ont aussi développé des « Shop-in-the-Shop » pour acheter et rendre ses produits qui pourrait être une solution alternative pertinente sur le plan écologique comparé à la livraison à domicile.*

 

Le stockage des produits est à Lille et le lavage des conditionnements est réalisé à Besançon (400 km aller) ce qui est loin d'être écoresponsable. Le développement du partenariat avec Carrefour permettrait de réduire fortement les distances et donc la taille des boucles.

 

 

 

 

Pour accroître fortement le maillage et réduire les distances, il faudrait idéalement que l'approvisionnement, le cycle de retour, de lavage soient mutualisés par plusieurs acteurs. Ce n'est pas du tout la stratégie de Loop, néanmoins on pourrait imaginer que des acteurs tiers puissent laver et remplir les conditionnements utilisés par Loop et les industriels.

 

A l'image d'Amazon, Loop deviendrait une plateforme de vente intégrant un circuit complet (conditionnement, transport, lavage, remplissage et réutilisation qui pourraient être réalisés par des acteurs externes) à l'image de la MarketPlace d'Amazon.

Solzero propose une solution similaire à Loop en B2B (notamment avec Franprix) et peut installer des équipements automatisés de lavage.

 

L'enjeu est de parvenir à un effet de masse pour que la solution ne reste pas anecdotique.

 


Réutilisation de contenants

Les contenants réutilisables sont fabriqués à partir d'aluminium, d'acier inoxydable, de verre mais aussi de plastique.

 

 

Lyspackaging a créé la bouteille VeganBottle à partir de la bagasse de canne à sucre (résidu agricole restant après la distillation du rhum). A priori, il resterait des excédents de bagasse non utilisés malgré l'utilisation de la bagasse pour alimenter les fours destinés à chauffer l'alambic. Cela pose néanmoins deux questions, que se passe-t-il si de nombreuses entreprises se mettent à utiliser la bagasse pour produire des bouteilles végétales et comment fait-on pour éviter le transport de déchets ou le transport de bouteilles fabriquées à partir de ces déchets du lieu de production du rhum vers le lieu d'utilisation des bouteilles ?

 

 

De manière générale, il y a un vrai enjeu pour réduire les boucles au maximum entre la production à partir de déchets, le transport vers le lieu d'achat puis de consommation et tout le cycle retour. Le problème est qu'en réduisant les boucles, on réduit les quantités et donc on bénéficie beaucoup moins d'économies d'échelle ce qui surenchérit les coûts et rend moins attractive financièrement l'économie circulaire ...

 

 

 

Point d'attention, il est très fortement déconseillé de réutiliser ses bouteilles à usage unique en plastique (biodégradables ou pas) car elles deviennent des nids à microbes et sont très difficiles à laver parfaitement. Il vaut mieux préférer des gourdes en acier inoxydable ou des bouteilles en verre.

Biodégradable versus durable

Il y a une opposition évidente entre un produit biodégradable et un produit durable mais souvent oubliée. J'ai eu notamment du mal à convaincre un interlocuteur sur un stand qu'un verre en verre (issu de sable siliceux) n'est pas biodégradable, en revanche il est durable.

 

 

De la même manière, un produit issu du végétal n'est pas nécessairement biodégradable et inversement.

 

 

Pour savoir quel matériau utiliser, il est nécessaire de se poser la question de l'usage, de la réutilisation potentielle du produit (et la logistique nécessaire pour le faire) et du changement de comportement possible (ramener son contenant en particulier).

 

 

 

Idéalement, il faut réduire au maximum les usages uniques et utiliser des matériaux durables réutilisables au pire recyclables indéfiniment (avec un coût énergétique et des émissions de GES très réduits) comme le verre ou l'aluminium. Si l'usage unique est incontournable, l'emballage devrait être biosourcé et biodégradable.

Vrac – la nouvelle tendance

Jean Bouteille

La solution idéale est évidemment de n'avoir aucun emballage d'où une tendance de fond, le développement du vrac. Jean Bouteille s'est spécialisé dans des solutions permettant de vendre des liquides en vrac en proposant des contenants principalement en verre pour les boissons, huiles et vinaigres mais aussi les lessives, shampooings, gels douche. Évidemment, ça nécessite une coopération avec chaque industriel. Vous ne trouverez pas de sitôt du Château Margaux en vrac ! Néanmoins, ils recherchent des producteurs bio pour la plupart. Cela peut être une très belle opportunité pour tous les petits producteurs comme nouveau canal de vente.

 

Il y a une consigne pour chaque contenant. Pour une bouteille, elle sera facturée 2€ pour chaque client, payée 0,83€ par l'enseigne. Si un client ramène une bouteille, il recevra en retour 1€. C'est malin car cela dissuade la surconsommation et le gaspillage de contenants. Cela pourrait avoir du sens dans le cadre de la loi pour une Economie Circulaire sur la consigne.

 

 

Jean Bouteille a aussi conçu un dispositif permettant de remplir une bouteille en 20 secondes plutôt que quelques minutes grâce à la compression du liquide. On peut bien sûr dire qu'encore une fois on va utiliser de l'énergie pour faire gagner du temps. Est-ce vraiment nécessaire ? De l'autre, s'il y a un plus grand nombre de consommateurs qui basculent vers le vrac parce qu'il y a moins de contraintes qu'avant, ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose non plus !

Réseau Vrac

Pour toutes les enseignes et industriels intéressés, l'association Réseau Vrac réunit tous les acteurs pour trouver des solutions communes sur ce sujet. Il propose une définition simple pour le vrac : la « Vente au détail de produits non pré-emballés, en libre-service, à la quantité désirée dans un contenant réutilisable ».

Usage : location, augmenter durée d'usage et externalités négatives

Location partagée

Pour passer d'une économie de consommation à une économie d'usage, la location est une bonne option. Cela n'a de sens écologique que si le produit est loué pour de courtes périodes et que son taux d'utilisation et de rotation sont élevés. Les locations longue durée peuvent au contraire avoir un impact négatif car elles incitent à renouveler beaucoup plus souvent ses produits.

 

Un non-sens écologique est le Pack Reprise de la Rue du Commerce qui permet de restituer un produit à 80% de sa valeur lors de l'année de l'achat. Cela incite le consommateur à racheter tous les ans un nouveau produit !

Lizee est une marque blanche de la location pour des articles utilisés sur de courtes périodes principalement. Ils proposent d'adopter une démarche progressive sur des produits spécifiques. Ils facilitent toutes les démarches de l'entreprise (facturation, remise à neuf, assurance, logistique, entreposage...). Décathlon travaille avec eux notamment pour les produits fortement saisonniers (neige, skis...).

 

 

 

C'est un modèle qui a tout son sens pour les produits de bricolage, les vêtements de cérémonie ou régulièrement renouvelés, le matériel sportif... C'est une vraie opportunité pour les marques qui avant de passer complètement le pas, délègue le risque à une entreprise externe.

 

La location est un métier à part entière beaucoup plus complexe que la vente directe sur le plan logistique, économique, relation client, facturation... C'est une excellente idée qu'une société propose cela en B2B car cela réduit l'obsolescence programmée. Le fabricant à tout intérêt à ce que ses produits durent le plus longtemps possible afin qu'ils soient loués le plus souvent et sur la plus longue durée possible.

Augmenter la durée d'usage

Green Mood propose des panneaux isolants acoustiques à base de mousses naturelles (lichens scandinaves) stabilisées. Elles sont naturelles (y compris au toucher), ont une durée de vie de plusieurs années (même une dizaine d'années pour certaines) et nécessitent très peu d'entretien car la sève est remplacée par un mélange glycérine-colorant.

 

 

Ils jouent avec les différentes couleurs de mousse et sont capables de composer des tableaux comme la mappemonde, un des éléments iconiques de ChangeNOW.

 

 

 

Petite précision néanmoins, la mousse est blanche à l'origine et nécessite d'être colorée. On peut ainsi avoir des panneaux en mousse couleur rose bonbon. Cela retire un peu du charme de la solution, néanmoins la coloration est réalisée grâce à des pigments alimentaires. Le coût d'un panneau est de l'ordre de 500€ HT le mètre carré. Bien d'autres plantes peuvent bien sûr être stabilisées.

Réduire les micro-pollutions individuelles et massives - Microfibres Textiles

Les microfibres plastiques sont des constituants textiles millimétriques issus de plastiques transformés et composites tels que le nylon, l'acrylique, le polyester. Chaque lavage en machine (un cycle) de tissus synthétiques libèrerait plus de 700 000 microfibres plastiques dans l'environnement. Dans l'eau, elles agissent comme éponges à polluants ultra-toxiques avalées par les poissons puis nous. 


La meilleure solution serait de n'acheter que des textiles naturels. A ce titre, les pires vêtements sont les polaires donc acheter des vêtements recyclés à base de plastique serait une hérésie. Une étude réalisée par l'Université de la Californie à Santa Barbara pour Patagonia, fabricant de vêtements d'extérieur, a révélé qu'une seule veste de laine polaire Patagonia peut libérer 250 000 microfibres !

 

Patagonia consciente du problème préconise idéalement de mettre ses vêtements à laver dans un sac filtrant les micro-fibres comme le GuppyFriend Washing Bag ou d'ajouter un filtre à microfibres à la machine à laver. Les micro-fibres récupérées par le filtre sont ensuite mises dans la poubelle « non-recyclable » ...

Planetcare a développé ainsi ce type de filtre pour les machines à laver. Idéalement, il faudrait que la législation contraigne les prochaines machines à laver à intégrer obligatoirement ces filtres et donne aussi comme objectif de réduire l'utilisation des microfibres plastiques dans les vêtements. Une idée un peu iconoclaste serait d'obliger à ajouter un pictogramme avec un poisson s'asphyxiant pour tout vêtement intégrant des microfibres plastiques sur l'étiquette indiquant les matières ! Cela permettra d'alerter le grand public sur le sujet à l'image des indications sur les paquets de cigarettes.

 

[MAJ 17/2/2020] : La loi anti-gaspillage qui vient d'être votée par le Parlement fait obligation aux fabricants de doter d'un filtre à microfibres plastiques chaque appareil qui sortira de leurs chaînes à compter du 1er janvier 2025.

 

Plutôt que d'attendre 5 ans ... Brune Poirson, secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire, réunit ce lundi matin les représentants des marques de lave-linge, des innovateurs et des ONG pour établir la feuille de route qui doit conduire à la production de machines à laver garanties « zéro microplastiques ».  

 

De manière générale, le plastique se planque partout y compris dans les objets les plus inattendus (cf. article)... sachets de thé, lingettes humides, tasses de papier, Tetra Paks, nettoyants pour le visage, gels pour la douche et exfoliants pour le corps, les étiquettes sur les fruits, les reçus de caisse (mélange de papier et de plastique) ... Les industriels doivent s'y mettre pour rechercher des alternatives pour que le plastique disparaisse de tous les produits à usage unique.

Déchets

Tri des déchets

Uzer que j'avais vu régulièrement au CES Las Vegas revient avec Eugène pour scanner les emballages et indiquer comment les recycler. Ils ont aussi une application qui permet de le faire. A terme, il y a de fortes chances que Yuka intègre cette fonctionnalité directement dans son application avec le nombre d'utilisateurs (> 9 M).

 

A ce titre, un amendement obligeant les industriels à rendre accessibles les informations sur leur emballage en open data a été proposée par la députée Paula Forteza et adopté, il y a peu. Il se trouve que c'est un des 2 amendements numériques que je lui avais présenté quelques mois plus tôt. Je suis ravi qu'elle ait pu le mener jusqu'au bout. Cela pourrait devenir un levier pour changer les comportements car l'information devient directement accessible de manière compréhensible.

 

Wastebox propose un service de mise à disposition de benne avec sa récupération mais je n'ai pas trop vu l'innovation ...

GreenBig vend B:Bot, une solution de collecte de bouteilles en plastique. Le plastique est broyé par B:Bot sous forme de paillettes, ce qui réduit fortement le transport mais rend plus compliqué le lavage des paillettes (car le plastique est mélangé avec la colle et le papier) puis son intégration dans de nouvelles bouteilles en plastique. Cristalline utilise ce dispositif mais les avis sont partagés sur les impacts environnementaux et sanitaires du broyage avant recyclage.

 

B:Bot rétribue de 1 cent, chaque bouteille donnée et de 15 centimes si la consigne pour recyclage avait été adoptée par la Loi pour l'Economie Circulaire. J'ai un sentiment mitigé à ce sujet. La rétribution à 1 cent incitera des personnes à ramener des bouteilles en plastique et augmenter le taux de recyclage des bouteilles en plastique (limité sur le plan national à 57%). 

La généralisation d'une consigne obligatoire pour recyclage poserait de nombreuses questions comme on l'a vu dans les débats entre les acteurs sur ce sujet autour de la Loi pour une Economie Circulaire (cf. mes 14 propositions concrètes à ce sujet) :

  • Déploiement de machines de tri (et donc une nouvelle infrastructure et les ressources pour les créer et les maintenir) qui va à l'inverse d'une mutualisation des moyens qui généralement est plus économe en énergie, ressources ...  
  • Création d'une nouvelle filière pour le recyclage de plastique en plus de la filière via les poubelles jaunes qui a d'ailleurs suscité une vive réaction des collectivités qui perdaient une manne financière liée à la vente de ces plastiques 
  • Création d'une nouvelle infrastructure pour un nombre important de communes en particulier dans l'Ouest qui ont déjà un taux de recyclage des plastiques élevé
  • Le recyclage est l'étape avant la pyrolyse des déchets ou leur enfouissement, idéalement il faudrait les éliminer ou favoriser la réutilisation.

A l'inverse, le taux de recyclage dans de grandes villes comme Paris est inférieur à 40% et la seule solution paraît être la consigne des emballages (mais plus pour réutiliser que recycler). Avec Hoali, j'avais proposé un dispositif complémentaire à la consigne classique pour déconsigner ses bouteilles directement à partir de sa poubelle jaune. Ca ne résout pas tous les problèmes, mais ça vaut le coup d'étudier des approches plus légères pour collecter les déchets. Au final, la consigne pour recyclage a été retoquée lors de l'examen de la Loi pour une Economie Circulaire à l'Assemblée nationale (et aussi au Sénat).

Collecte de déchets sauvages

 

 

Selon leur estimation, 80% des plastiques qui aboutissent dans les océans proviendraient de 1000 rivières (cf. Carte).

 

Les points jaunes représentent les rivières qui déversent massivement leurs déchets dans les océans.

The Ocean Cleanup qui avait déjà proposé des solutions pour nettoyer l'océan montrait Interceptor, sa solution pour intercepter les plastiques dans les rivières.

 

Cette approche en amont semble beaucoup plus pertinente car cela permet de capturer les déchets (petits et moyens) avant qu'ils n'atteignent l'océan et qu'il se transforme en microplastiques quasi impossibles à capturer aujourd'hui.


Plastic Odyssey ne récupère pas les déchets plastiques (bien précisé sur leur site) mais fait de la sensibilisation à travers les océans sur le déchet plastique. Ils embarquent une micro-usine de valorisation du plastique embarquée et un espace d'expérimentation qui présente des alternatives au plastique.

Recyclage de ses propres déchets

Plusieurs startups montraient comment ils recyclaient leurs propres produits dans de nouveaux produits. Mud Jeans (« Circular Jeans » ), utilise à 40% des jeans recyclés pour fabriquer leurs jeans.

Le plus cocasse est certainement Coca-Cola présents sur le stand de Loop. Ils montraient leur « Marine Bottle » créé à partir de 25% de déchets plastiques provenant des océans (c'est le 1er contributeur mondial de plastique dans les océans !).

 

Entre nous, ce serait nettement plus simple et meilleur pour l'environnement qu'il n'y ait pas de plastique envoyé dans l'océan, plutôt que d'aller chercher des plastiques récupérés dans les océans et d'en fabriquer des bouteilles en plastique recyclé !

Upcycling - valorisation de déchets transformés en produits de valeur

Uptrade, lui est un bureau d'achat qui valorise les chutes de tissu, fins de rouleaux ou des déclassés de production d'industriels du textile en les proposant à des sociétés qui recherchent cette matière première (recycleurs, upcycleurs, styliste).

 

Uptrade s'occupe de la logistique, le tri et la mise à disposition des matières.

Recyc Leather recycle les chutes de coupe de gants en cuir pour réaliser de la petite maroquinerie notamment. Ils utilisent principalement de la croûte de cuir non traitée car actuellement il n'est pas possible de recycler des cuirs tannés car ils utilisent du chrome (ou des sels d'aluminium) dans la très grande majorité des cas (pour des raisons de rendement). Les boues issues du tannage au chrome doivent être « neutralisées » chimiquement avec de l'oxyde de magnésium, de la chaux ou de la soude.

 

Une fois séchés, les restes sont entreposés en décharges de classe I (pour les déchets les plus dangereux). à la place, il est possible de réaliser du tannage végétal (issus d'écorces, racines, fruits...) beaucoup moins nocif (mais plus gourmand en eau que le tannage au chrome) dont les boues peuvent être valorisés dans la filière agricole.

Rev Society utilise du plastique recyclé pour réaliser ses collants eux-mêmes recyclables.

 

 

Oth recycle les pneus pour réaliser les semelles de ses snickers. Scale utilise les écailles des poissons tels qu'aiglefins, sardines, saumons récupérés auprès des mareyeurs pour réaliser de la « pierre d'écaille ». En comprimant ce matériau, cela extrait le collagène qui permet de les mouler et de les transformer en plaque une fois séchée.

 

 

 

Neolithe transforme des matériaux non recyclables (déchets ultimes non recyclables comme les déchets industriels et issus de la déconstruction) en granulats destinés au BTP. La solution est particulièrement bien pensée pour le BTP car les déchets créés sur place peuvent être réutilisés sur place comme matériau de construction, une Economie Circulaire locale !

UHCS Constructions utilise le PET pour réaliser des structures modulaires de bâtiment. Le choix du PET ne me semble pas pertinent car il y a déjà un manque cruel de PET pour les industriels des boissons qui veulent augmenter la part de plastique recyclé dans leur bouteille. 

Ils n’étaient pas présents à ChangeNOW mais j’en profite pour parler de FabBRICK, brique isolante créée par Clarisse Merlet utilisable pour isoler des cloisons ou réaliser du mobilier à partir de textile recyclé (coton) en utilisant de la colle écologique. 

La palme de l'originalité revient à Ocean Sole Africa qui transformait des tongs récupérées sur les plages et rivières au Kenya en magnifiques « peluches ».


Problèmes posés par le recyclage - Volume, transport et mélange des matières

S’assurer de la pérennité de l’approvisionnement et de solutions alternatives le cas échéant 

Sur le principe, le recyclage de déchets non utilisés paraît être une excellente idée. Néanmoins, il y a plusieurs limites à cela. La première est l'approvisionnement en matières, Scale doit créer un réseau d'approvisionnement provenant de mareyeurs pour se fournir en écailles de poisson, il doit ensuite les transporter avant de les transformer en poudre puis briques.

 

 

Pour que sa solution soit pérenne et durable, il faut d'abord que sur le plan économique ses briques aient un coût de production similaire à celui d'autres briques équivalentes (à moins d'avoir une caractéristique extrêmement différenciante), d'autre part il faut réaliser une analyse du cycle de vie pour s'assurer que le coût de transport et de transformation n'est pas supérieur au coût de fabrication d'un produit provenant d'un autre matériau (potentiellement recyclé). Enfin, il faut s'assurer qu'on ne prive pas d'autres acteurs de cette ressource pour un bénéfice environnemental et économique supérieur. Il faut aussi anticiper les conséquences d'une utilisation massive de ce « co-produit » ou « déchet » devenant une ressource principale.

 

 

Pour rappel, une des raisons pour lesquelles le gouvernement français a fiscalement favorisé la consommation de gasoil est liée à la surproduction de gasoil dans les raffineries en France.

 

 

Les constructeurs automobiles français ont fortement investi dans le moteur à diesel qui s'est fortement développé dans les années 80 en France. Cela a contribué à la forte augmentation de la consommation qui n'a pas été jugulée assez rapidement par une fiscalité moins avantageuse pour le diesel. Cela a abouti à une importation massive de diesel de l'étranger ... On voit ce qui en résulte aujourd'hui.

Problème du mélange de matières

Le mélange des matières peut présenter aussi un risque car il est très difficile ensuite de séparer celles-ci. Sustonable mélange du PET avec du quartz pour faire des plaques, Qwarzo (en quantités très faibles néanmoins) ajoute une pellicule de quartz à du papier pour le rendre rigide et remplacer certains usages du plastique comme les pailles. Paper on the Rocks créé du papier en mélangeant des déchets de BTP et des déchets agricoles sauf qu'à part eux, personne ne saurait recycler leurs cahiers ...

 

 

 

Quand des entreprises disent que c'est 100% recyclable il faudrait s'assurer par qui et si leurs produits peuvent rentrer dans le cycle usuel de recyclage.

Recyclage chimique

Un des buzz words dans le domaine du recyclage est le recyclage chimique qui recouvre en réalité, trois techniques : la purification des plastiques par dissolution dans des solvants, la dépolymérisation (qui casse les molécules des polymères) et, enfin, les procédés thermiques (pyrolyse et gazéification). Pour moi, c'est la solution de dernier recours ... à éviter au maximum si c'est possible.

 

 

La promesse est de rendre par exemple le plastique éternellement recyclable (en cassant et reconstituant les molécules de plastique), en revanche les impacts néfastes peuvent être nombreux : solvants toxiques, coût énergétique prohibitif ...

Clear impacts propose une solution qui permettrait une combustion sans émission de gaz nocifs grâce à l'utilisation de vibrations à une intensité spécifique. Ca créerait une forme de vortex pour séparer les différents composants pyrolysés. Ils utilisent aussi cette technique pour assainir les eaux usées.

La pyrolyse peut transformer des matériaux non recyclables en énergie et potentiellement en nouveaux matériaux ou en diesel... Etia propose la première option, EarthWake la 2e.

 

Je suis extrêmement sceptique à ce sujet car l'objectif n'est pas, selon moi, de perpétuer une économie carbonée ... Le nom de la seconde entreprise prête aussi fortement à confusion.

 

 

Ces entreprises se prévalent de favoriser l'économie circulaire, les cercles proposés peuvent être tellement grands que c'est à demander si comparativement à leur solution, l'économie linéaire n'est par préférable dans ce cas !

Compostage

Pour les déchets biologiques, le compostage semble pertinent dès lors qu'il est en circuit court.

 

 

Upcycle propose un composteur destiné principalement aux restaurants d'entreprise ou d'écoles. à€ la différence des composteurs individuels, on peut aussi composter de la viande et du poisson. La matière doit rester 14 jours dans le composteur (qui est mécaniquement brassée toutes les 2h durant 2 min afin d'avoir un compost homogène) puis doit reposer 2 mois à l'extérieur.

 

L'ajout de broyat de bois apporte du carbone, aère et absorbe l'humidité. L'équipement est vendu à 15 000€ ou loué 650€ par mois. Cela a du sens dans une démarche durable une fois intégré avec un potager ou une serre autonome en énergie. En revanche, il ne faut pas compter sur la vente de compost pour rentabiliser la machine car une tonne de compost est vendue aux alentours de 25€ HT !

Carbiolice proposait des plastiques compostables, qui selon moi n'est pas une bonne solution, il est nettement préférable soit de réutiliser ou au pire d'avoir des produits biodégradables car le compostage nécessite des conditions particulières pour décomposer la matière.

 

Le compostage peut parfois même nécessiter un équipement industriel (entre 70 et 80 °C, avec un taux d'humidité de 70 % et un taux d'oxygène de quelque 20 %), a priori, ce ne serait pas le cas de Carbiolice qui pourrait être composté dans un composteur individuel.

Événement éphémère et économie durable : Oxymore ?

Les problématiques

Une des problématiques des événements comme ChangeNOW est que par définition ils sont éphémères, il est donc difficile qu'ils soient durables.

 

Pour donner un exemple tout simple, si vous réalisez des affiches ou des bâches avec votre signalétique et les dates de votre événement, vous aurez du mal à la réutiliser !

 

Comme la durée d'utilisation est très courte, soit vous pouvez louer les éléments « génériques », soit vous devez les faire fabriquer sur-mesure sans pouvoir les réutiliser.

 

 

La location est une bonne option mais peut se révéler très chère. Ce n'est pas le prix des éléments de stand qui coûte cher mais la main d'oeuvre pour déplacer et installer ainsi que les coûts de stockage quand ils ne sont pas utilisés, plus les marges des standistes. Le comble est atteint au CES Las Vegas, où le coût de location d'une télé peut être 2 à 3 fois plus cher que son coût dans un magasin. à€ ce jeu-là, la plupart des startups en particulier françaises achètent leur TV sur place dans un BestBuy local et la redonnent à des associations caritatives après.

Il est aussi difficile d'utiliser des produits de récupération. J'ai eu la chance d'échanger avec Etienne Villotte, le fondateur d'Epatant, l'agence qui a réalisé la scénographie de ChangeNOW (qui a aussi réaménagé totalement les Canaux, Maison des Économies solidaires et innovantes de la ville de Paris en utilisant très majoritairement des éléments recyclés).

 

 

Il s'était fixé comme objectif de réaliser le fond de scène en récupérant des lattes de sommier à recycler. Ils ont réussi à trouver les entreprises et organisations capables de leur fournir ces lattes, de réunir celles-ci dans un entrepôt. Mais il fallait toutes les ignifuger. Cela représentait un surcoût majeur, nécessitait d'ajouter un intrant chimique non nécessaire tout en accroissant fortement les délais. Compte tenu de cela, il a été décidé de réaliser un fond de scène sans utiliser d'éléments recyclés. Cela ressemble à un parcours du combattant...

Démarche écoresponsable pour des événements

Santiago Lefebvre, Rose-May Lefebvre-Lucotte et Kevin Tayebaly, fondateurs de ChangeNOW ont mis au centre leur écoresponsabilité ce qui est totalement cohérent avec la nature de l'événement.

 

 

Pour faire face à ces problématiques, en collaboration avec l'agence Epatant, ils ont particulièrement fait appel à la location pour éviter au maximum de jeter des éléments. Ils ont utilisé des éléments recyclés notamment les Chaises Maximum (plastique recyclé) et facilement recyclables. Pour les éléments spécifiques, ils ont réutilisé la plupart des éléments imprimés produits les deux dernières années,

Clés d'un événement écoresponsable : anticiper

Etienne Villotte souligne qu'il faut concevoir l'événement dès le départ comme écoresponsable avec des principes très simples : anticiper la réutilisation des dispositifs (démontage, stockage...), travailler sur les matériaux bruts, privilégier les vis, clous, agrafes par rapport à l'utilisation de colle pour que le matériel puisse être démonté puis réutilisé facilement. Pour mettre en valeur la scénographie, ils ont intégré dans les grilles représentant chaque pôle des éléments distinctifs, verres recyclables pour la partie éco-emballage, tissus pour Sustainable Fashion ... avec l'aide aussi de nombreux bénévoles qui ont imaginé et créé ces dispositifs.

 

L'équipe interne de ChangeNOW a eu pour mission d'identifier les partenaires et mettre en place tous les flux de revalorisation et de sourcing. Ce sont les premières fois qui sont difficiles. A chaque nouvel événement, on parvient à aller plus loin, à changer les habitudes pour que cela soit plus facile, moins cher, plus rapide la fois d'après afin que cela devienne un réflexe, m'indiquait Etienne.

 

 

Santiago et Rose-May m'ont indiqué qu'avoir une démarche écoresponsable a un coût homme relativement important dans la mise en place du dispositif. En revanche, elle serait globalement moins chère, car il y a moins de matières utilisées de base, plus de partenariats qu'une relation clients / fournisseurs et une courbe d'apprentissage élevée pour les événements futurs. ChangeNOW a fait un énorme effort pour réduire au maximum son empreinte écologique malgré un budget qui devait rester limité (Ils n'ont pas fait de bénéfices sur cet événement ).

Autres solutions possibles pour l'événementiel

Dépersonnaliser facilement

Hormis les éléments génériques qui peuvent être loués, il serait judicieux que toute la chaîne événementielle (fabricants de matériels, imprimeurs, standistes, agences de scénographie, organisateur d'événements ...) travaille sur des techniques de dépersonnalisation qui permettraient pour un coût réduit de réutiliser du mobilier, des bâches, des signalétiques et de les personnaliser.

 

Une technique pourrait être le développement d'encres lavables ou effaçables à la chaleur (à condition qu'elles ne s'effacent pas en conditions normales ou de fortes chaleurs (cf. l' encre effaçable du stylo Frixion qui sous la canicule disparait, gênant pour le bac ...).

 

A défaut des solutions de stickers imprimables et décollables, des « vitres » supérieures permettant d'intercaler dessous des éléments imprimés sur feuille transparente, des parties personnalisables amovibles permettraient de réutiliser facilement du matériel.

 

L'imagination des designers, fabricants de mobiliers, bâches avec l'aide des industriels fabriquant des encres devraient trouver une solution car il y a un sacré gaspillage en raison de la personnalisation.

 

Dans le cas de ChangeNOW, la plupart des startups ont pris leur signalétique compte tenu de leur design et qualité 😉

Bénévoles

Une autre approche pourrait être d'utiliser des bénévoles pour réutiliser des produits pour des événements. Cela nécessite une forte préparation en amont pour ne pas faire perdre de temps et être efficace. D'autre part, cette solution n'est possible que pour les événements organisés par une association ou organisation à but non lucratif.

 

Rapide digression : Normalement, la loi interdit des contreparties pour les bénévoles y compris le droit d'entrée et les repas. Toutefois, il est d'usage dans les événements que ceux-ci soient offerts afin que le bénévolat n'engendre pas non plus de frais supplémentaires (pour plus de précisions : Collectif des festivals). Depuis 2006, il est aussi possible d'offrir des chèques-repas du bénévole pris en charge à 100% par l'association et exonéré de charges sociales et fiscales (montant maximum 6,70€ en 2020).

 

 

Pour intégrer une dimension inclusive, il est aussi judicieux de faire appel à des entreprises qui emploient au minimum 80% de personnes en situation de handicap (EA, ESAT ou CDTD).

 

Dans le cas de ChangeNOW, les bénévoles sont notamment intervenus sur des postes comme l’accueil des participants et intervenants, animation des réseaux sociaux, …

Partage de bonnes pratiques et processus qui se structurent

La clé reste toutefois le partage de bonnes pratiques afin de mettre en place des filières et des processus partagés entre événements, organisateurs, agences et au-delà.

 

L'événement Hello Tomorrow sur la DeepTech (12 et 13 mars) a aussi une démarche écoresponsable et propose à tous les organisateurs de discuter d'événementiel responsable dans cet esprit.

Chauffage du Grand Palais

Pour ceux qui étaient vraiment attentifs à l'empreinte écologique se pose la question du chauffage. Évidemment, on pourrait décider de ne plus faire aucun événement au Grand Palais s'il fait trop chaud ou trop froid pour réduire l'empreinte écologique !

 

Une autre manière est que de rechercher des solutions pour que ce type de bâtiment puisse au fur et à mesure nécessiter de moins en moins d'énergie externe (avec des panneaux solaires, peut-être pas au-dessus de la grande verrière 😉 mais ailleurs, des pompes à chaleur ...) et consomme de moins en moins d'énergie. Il est inutile de chauffer toute la verrière ... et c'est possible avec du chauffage par rayonnement infrarouge court (avec un rendement électricité en chauffage très élevé).

 

L'équipe de ChangeNOW a recherché pendant un an avec le Grand Palais des moyens de le chauffer de manière écologique (dont le rayonnement infrarouge), mais les solutions identifiées sont trop « early stage » et pas assez robustes pour être mise en place dès cette année.

 

ChangeNOW collabore justement en ce sens avec la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais pour les aider à faire cette transition dans les futures années.

Conclusion

Nous voyons qu'il y a beaucoup de solutions possibles et qu'elles s'appliquent à tous les domaines y compris dans le monde événementiel.

 

Des solutions peuvent être pertinentes dans un contexte, un lieu et plus dans l'autre en raison de la logistique, distance, des opérations de transformation.

 


 Un vrai travail de recherche, de mutualisation de solutions permettrait d'utiliser une diversité de déchets disponibles localement afin de fournir avec le moins d'énergie et d'impacts négatifs possibles des produits tels que des briques, du mobilier, des vêtements.

 

D'autre part, il serait utile d'expliciter le champ de recyclabilité des différents produits. Un matériau utilisé et recyclable par un seul industriel pour un nombre limité de produits n'a pas du tout le même intérêt qu'un matériau utilisé et recyclable par une très grande majorité d'industriels pour une grande diversité de produits.

 

Le prochain article sera justement sur le diagnostic et les indicateurs RSE (lien vers le 1er)  car pour savoir si on s'est amélioré, il faut une base de départ mesurable. Je couvrirai aussi les autres thèmes comme l'énergie et la mobilité. Avant celui-ci, voici une petite vidéo où je fais un 1er retour de ChangeNow interviewé par  Duc Ha Duong.

 

Je réalise pour des entreprises, des missions pour "sourcer" des innovations (ChangeNOW, CES Las Vegas, MWC mais potentiellement toutes les startups et innovations internationales), les évaluer, concevoir et construire des solutions avec les partenaires développant ces solutions qui répondent aux problématiques des entreprises clientes et les déployer.

 

 

Si vous souhaitez que je réalise un débrief / conférence spécifique à vos métiers pour identifier les innovations, tendances et disruptions dans ce domaine notamment , n'hésitez pas à me contacter :) Contact

 

Si vous souhaitez que je réalise un débrief / conférence ou formation spécifique à vos métiers pour identifier les innovations, tendances et disruptions sur ces sujets, n'hésitez pas à me contacter :)  Je pilote aussi des projets d'innovation sur ces sujets. 

 

Dimitri Carbonnelle - Fondateur de Livosphere

Conseil en Innovation (IA, IoT, Blockchain et RSE / économie circulaire) - Contact (contact@livosphere.com )

Conférences, Formation, Architecte et réalisation de projets innovants :  De la recherche d'innovations, de startups à leur déploiement et accompagnement dans vos projets ( de la recherche d'innovations / nouvelles technologies au déploiement de celles-ci dans votre entreprise)