Face aux futures crises mondiales (comme la pandémie coronavirus Covid-19) que faire ? Construisons une société résiliente !

Le coronavirus Covid-19 met sous tension nos sociétés, il constitue un terrible "stress test" à l'échelle mondiale de notre capacité à faire face à un fléau mondial et nous avons une réactivité sans commune mesure comparée  au changement climatique ou la chute de la biodiversité.

 

Bien plus grave que la grippe , elle bouleverse aussi nos libertés individuelles pour enrayer la pandémie. Néanmoins, cette crise peut nous servir d'aiguillon pour anticiper d'autres risques futurs (changement climatique, inégalités sociales exacerbées...) et à mettre en place une stratégie de résilience fondée sur 6 principes :

  1. Lister nos dépendances et risques et la gravité de leurs impacts
  2. Mettre en place  des systèmes d'alertes et de suivi de ces risques
  3. Créer des solutions  pour les réduire et atténuer leurs impacts s'ils surviennent
  4. Développer  des solutions d'urgence pour parer à court terme aux conséquences
  5. Construire  des solutions à moyen terme de mode dégradé si la situation perdure
  6. Se diversifier en mettant en oeuvre des solutions, des modèles économiques et sociaux alternatifs si la situation perdure à long terme

(les liens sont directs vers les sections de l'article) - Article écrit le jeudi 12/3 

 

Quels enseignements tirer pour anticiper ces risques imprévisibles ?

Nos sociétés ont beaucoup de fragilités, le coronavirus a en montré une mais nous faisons face à d'autres risques liés au dérèglement climatique, aux inégalités sociales ?

 

 

L'UE, l'Etat, les régions, les villes, les entreprises et acteurs publics même les individus peuvent adopter une vraie stratégie de résilience pour réduire leurs impacts.

 

 

 

J'avais abordé ce sujet lors d'une de mes interventions à l'Assemblée nationale auprès d'un certain nombre de députés sur la démarche pour faire face à une catastrophe naturelle (cf. article ).

Voici une démarche possible pour les entreprises et collectivités

Pour imager cette démarche, je réaliserai un parallèle avec le risque d’un accident de voiture et sa survenance.

Axe 1 : Lister nos dépendances, les risques liés et la gravité des impacts s'ils surviennent

Notre société a de plus en plus dépendances et pour des raisons d'efficacité et économiques laisse peu de place aux solutions capables d'offrir des alternatives.

 

Lister les dépendances

 

Les dépendances sont nombreuses : l'incapacité des salariés à venir (liée par exemple à une maladie contagieuse comme le Coronavirus Covid-19 privant chacun de se déplacer et de se réunir), la perte d'accès à l'électricité, à l'eau, à l'alimentation, le cyberhacking, le défaut de fournisseurs ou de clients ...

 

Il est plus simple de réfléchir aux dépendances plutôt qu'aux causes qui pourraient les affecter car il est quasi impossible de les évaluer.  Les causes pouvant affecter mon accès à l'électricité sont infinies (travaux, inondation, grève...) en revanche je peux partir du principe que je risque de perdre cet accès un jour ou l'autre et donc d'agir en conséquence. En revanche, il est utile de réfléchir aux causes internes et sur lesquels on a une influence ou un contrôle. Pour les télécoms, on peut envisager qu'un opérateur mobile peut couper votre accès télécoms. NE conséquence, vous utiliserez plusieurs réseaux télécoms (fixe / mobile avec la possibilité de réaliser du roaming national), et des solutions dégradés en backup (ex: réseau Lora pour la remontée de données de capteurs). 

 

 

Pour chaque dépendance, on peut essayer de déterminer le risque de survenance. Néanmoins, compte tenu de l'imprévisibilité actuelle de beaucoup de facteurs (ex: Coronavirus), il est préférable pour la suite de la démarche de considérer le risque comme certain (worst-case scenario).

 

Il pourra être réintroduit à la fin de la démarche pour prioriser les actions. Un territoire ou une entreprise en zone inondable priorisera les actions pour faire à ce type d'événement de préférence à des actions contre les tornades. En revanche, il n'est pas nécessaire de traiter certains risques comme le chute d'une météorite menaçant l'humanité car ils dépassent largement le périmètre une collectivité ou une entreprise ... 

 

Pour faire le parallèle avec les risques d’accident de voiture, les dépendances sont l'attention du conducteur, la sécurité du véhicule, la qualité des infrastructures, les causes sur lesquelles peuvent influer le conducteur sont la vitesse, l'alcoolémie, la fatigue, la distraction due à son smartphone mais aussi le choix du véhicule et des routes qu’il prend…

 

Déterminer les impacts et leur gravité

Il faut déterminer leurs impacts et leur gravité si nous n'avons plus accès à certains services, ressources ...

 

Un exercice à réaliser est de le réaliser sous forme d'ateliers / brainstorming avec des acteurs provenant de différents services pour indiquer quels problèmes cela poseraient, s'ils n'avaient plus accès à Internet, leurs données, l'électricité ...

 

Pour faire le parallèle avec les risques d’accident de voiture, cela peut être des pertes matérielles, des blessures à soi et autrui, le décès...

Axe 2 : Mettre en place des systèmes d'alertes et de suivi

L'objectif est d'identifier le plus tôt possible la survenue de ces risques mais aussi l'augmentation de la probabilité qu'ils surviennent.

 

On peut mettre en place une structure centralisée ET décentralisée de remontée et d'analyse de risques technologiques (avec des capteurs connectés, de l'IA ) mais aussi humains car s'il n'y a plus d'accès à l'électricité il faut anticiper leur éventuelle panne.

 

 

Pour les risques d'accident de voiture :

 

 

Ce sont les alertes de collision, un éthylomètre embarqué, un capteur d'attention intégré dans le pare-soleil mais aussi le contrôle des pneus, le contrôle technique ... pour vérifier si les risques ne s'accroissent pas.

Axe 3 Développer des solutions pour réduire les risques et atténuer leurs impacts s'ils surviennent

Pour le coronavirus, ce sont toutes les mesures de quarantaine, de limitation de déplacements et de regroupement...

 

Le gouvernement a par exemple mis en place des « mesures barrières » pour éviter qu'Emmanuel Macron, son gouvernement et ses collaborateurs attrapent le Coronavirus sachant que Franck Riester, ministre de la Culture - et cinq députés sont infectés. Des mesures de bon sens ont été prises comme éviter de serrer la main, se laver régulièrement les mains mais aussi espacer chaque siège...

 

 

Pour la perte d'accès à l'électricité, il est judicieux d'avoir des solutions manuelles qui ne nécessitent pas d'électricité pour fonctionner. Il faut aussi que le personnel soit formé à les utiliser à l'image des pilotes d'avion si le pilote automatique n'est plus opérant.

 

 

Pour les risques d'accident de voiture,

Pour réduire les risques ce sont les limitations de vitesse, les contrôles d'alcoolémie, le repos toutes les 2 h...

 

 

Pour réduire l'impact, ce sont les airbags, la structure déformante de la carrosserie capable de supporter les chocs, l'e-Call appelant les secours en cas d'accident...

Axe 4 : Développer des solutions d'urgence pour parer aux conséquences à court terme 

Dans le cas du coronavirus, ce sont des solutions temporaires de télétravail, de vidéoconférences,

 

Pour la perte d'accès à l'électricité, vous pouvez utiliser des groupes électrogènes, des batteries de stockage mais plus simplement il faut être capable au pire de gérer la situation sans électricité, d'avoir un processus manuel en backup.

 

Pour la perte d'accès à l'eau potable, des entreprises comme Zero Mass Water sont capables de fournir de l'eau potable à partir de l'humidité de l'air et fonctionnent avec des panneaux solaires. En revanche, c'est fini pour les douches !

 

 

 

Pour les risques d'accident de voiture,

 

Ce sont l'accès à une trousse de premier secours, des secours proches du lieu d'accident, un hôpital capable de porter les premiers secours aux blessés...

Axe 5: Développer des solutions à moyen terme de mode dégradé si la situation perdure

L'objectif est de créer un filet de sécurité à moyen terme.

 

 

Pour le coronavirus, vous pouvez mettre en place une vraie politique de télétravail avec les outils pour que les salariés puissent travailler, piloter des sites, outils de fabrication à distance en cas de maladie. L'automatisation et la robotisation permettent aussi de travailler à distance. Une aile d'hôpital est aujourd'hui assurée par des robots à Wuhan. Néanmoins, cela créé une dépendance à l'accès à l'électricité et aux télécoms ...

 

 

 

Pour l'énergie, développer la production d'énergies renouvelables locales et partageables localement (afin de faciliter la solidarité)

 

Pour les matières premières, vous pouvez développer l'économie circulaire en utilisant vos propres déchets ou ceux de partenaires proches pour fabriquer vos produits ou produire localement vos aliments. A ce titre, il devrait y avoir de plus en plus de "fermes urbaines", serres... attenantes à des magasins d'alimentation sachant que beaucoup de commerces de la grande distribution ont des espaces non utilisés car ils avaient anticipé des agrandissements de leur superficie, devenus superflus aujourd'hui.

 

 

Pour les risques d'accident de voiture,

 

Ce sont l'accès à un centre de rééducation, à une assurance pour couvrir ses revenus durant la durée de l'invalidité.

Axe 6. Se diversifier en développant des solutions, des modèles économiques et sociaux si la situation perdure à long terme

Il faut diversifier ses modèles économiques, sociaux afin que certains d'entre eux puissent être résilients.

 

 

Le contre-exemple des Laboratoires Boiron est un cas d'école en misant sur la vente de produits homéopathiques (95% du CA et 60% des ventes réalisées en France), ils n'ont pas réduit leur dépendance aux produits homéopathiques malgré les risques de déremboursement ce qui les contraint à licencier plus de 600 personnes.

 

 

Des stratégies de partenariat, d'innovation ouverte, de lancement de produits et services potentiellement moins rentables sur de plus faibles volumes mais plus résilients sont quelques options.

 

 

A l'image d'un écosystème, vous devez avoir un pool complémentaire de produits et de solutions qui peuvent prendre le relais de solutions non fonctionnelles.

 

 

Pour les collectivités, il faut aussi identifier les services à absolument maintenir et quelles solutions complémentaires peuvent être mises en place. Idéalement, il faut que ces solutions puissent être locales afin de réduire les dépendances externes et permettre d'avoir au moins un mode de vie dégradé même en étant coupé de l'extérieur.

 

 

Pour les risques d'accident de voiture,

Ce sont choisir le vélo, la marche à pied à la place, réduire ses déplacements en voiture en achetant en vivant principalement à proximité de son lieu de résidence, trouver un travail, une activité compatible potentiellement avec son invalidité.

 

 

 

D'ailleurs les personnes ayant déjà une diversité d'activités ont plus de chances de s'en sortir avec une invalidité que ceux qui sont concentrés sur une seule activité ou travail.

Impacts du coronavirus Covid-19

Cette article a été écrit le 12/3/2020 avec une mise à jour le 14/3/20. Beaucoup d'éléments sont aujourd'hui mieux connus .

 

Un autre article a été écrit sur le contact tracing, l'appliucation StopCovid et l'initiative de Google/Apple sur ce sujet. Cliquez sur le lien.

 

Pour aller directement à la conclusion, cliquez-ici 

Impacts nécessaires sur nos libertés

Elle bouleverse nos libertés habituelles afin d'enrayer la pandémie (désormais qualifiée aujourd'hui par l'OMS) en nous interdisant

 

de nous déplacer :

 

Trump ferme les Etats-Unis aux étrangers venant d'Europe pour trente jours alors que l'Etat de Washington (à l'Ouest des Etats-Unis intégrant la ville de Seattle, à ne pas confondre avec la capitale Washington DC qui fait du Columbia District avec beaucoup moins de cas;) ) est l"Etat avec le plus fort taux de mortalité : 7,9% (Liste des cas complète des Etats).Trump risque fortement regretter sa politique contre l'Obamacare, le système de santé américain à destination des plus pauvres car les personnes contaminées doivent venir travailler car elles ne perçoivent pas d'argent en cas d'absence maladie ce qui facilitera la propagation du virus.  Cela pourrait aussi avoir un impact sur l'élection de Trump.

de consommer : Italie ferme tous les commerces sauf pour l'alimentation et la santé et met en quarantaine , des provinces entières soit 15 millions de personnes, un quart de la population. L'Italie est le pays avec le plus fort taux de mortalité 6,6%.

 

de s'éduquer : Plus de 300 000 élèves ne reprendront pas le chemin de l'école ce lundi 16 mars dans le Haut-Rhin, l'Oise et en Corse.

 

de voir ses proches : En France, l'intégralité des visites de personnes extérieures dans les établissements d'hébergement des personnes âgées (EHPAD) est suspendue.

 

[MAJ 14/3/2020] : La France est au stade 3 de l'épidémie avec des mesures de plus en plus contraignantes depuis l'allocution du Président de la République, Emmanuel Macron (12/3) puis de son Premier ministre (14/3) : interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes, les hôtels, restaurants, bars cafés, cinémas, les écoles, les musées, les salles de spectacles, les clubs, les salles de Gym, Station F, les commerces non nécessaires (tous les commerces sauf les pharmacies, les magasins et marchés alimentaires, les stations essence, les banques, les bureaux de tabac et de presse) sont fermés.

Covid-19 beaucoup plus grave que la grippe

Covid-19 n'est pas à considérer comme une simple grippe car

  • d'une part son taux de létalité calculé (sur base des décès dus au COVID-19 et des cas recensés de COVID-19) est supérieur à 2,5% (8% pour les 70-79 ans, 15% pour les > 80 ans) versus 0,1% pour la grippe saisonnière,
  • elle est plus 1,5 à deux fois plus contagieuse que la grippe (1 individu contamine environ 2 personnes, soit potentiellement 33 jours pour contaminer la population mondiale (2^33) si chaque individu contaminait 2 autres personnes)
  • il n'y a pas de vaccin (au 12/3/2020) qui permettrait de réduire la propagation (versus 50% de personnes de 65 ans et plus sont vaccinées en France contre la grippe).

Si 50% de la population française attrapait le COVID-19, ça ferait près de 700 000 morts soit un doublement de la mortalité en France (10 000 décès liés à la grippe) avec un taux de 2% de mortalité !

 

Néanmoins, comme de nombreuses personnes sont asymptotiques, ne présentent pas de symptômes et ne sont pas prises en compte dans les statistiques des personnes contaminées, ce taux de mortalité pourrait être de 0,6% si on utilise les statistiques de la Corée du Sud qui teste désormais systématiquement ces habitants.

 

Cela signifie potentiellement 200 000 décès en France au lieu de 700 000 indiqués plus haut soit plus que la première cause de décès, les tumeurs et cancers.

 

Par comparaison, la grippe espagnole a contaminé un tiers de la population (1,83 Md) et tué environ 50 millions de personnes. Avec un taux à 0,6% de mortalité et un tiers de population contaminée, nous aurions à déplorer 15 millions de décès, avec un taux à 2% de mortalité, le nombre de décès serait similaire à celui de la grippe espagnole (avec plus de 5 fois plus de population mondiale aujourd'hui).

Conclusion

Pour finir, cette crise doit nous alerter sur la nécessité d'anticiper ces risques et qu'il existe des solutions et moyens pour les mettre en oeuvre pour que la situation soit vivable. En revanche, sans anticipation, de nombreux phénomènes de panique apparaissent amenant à des comportements insensés comme se battre pour du papier toilette !

 

 

 

Notre société est une Formule 1 lancée à toute vitesse qui crée des nids de poule devant elle, nous devons apprendre à devenir une société tout-terrain qui roule moins vite mais est capable de supporter les nids de poule et n'en creuse plus (cf. mon article à ce sujet qui date de 2011 !) .

 

 

Si vous êtes intéressé d'échanger à ce sujet ou de travailler sur ces problématiques, n'hésitez pas à me contacter. 

 

Dimitri Carbonnelle Livosphere - Contact
Conseil en Innovation technologique : IoT, IA... et durable / RSE

 

Speaker, Formation et accompagnement de projets innovants, de la recherche d'innovations à leur déploiement