#1HumanPoint - Le futur de l'éducation et du travail face à l'IA et aux robots

Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère, après avoir démultiplié notre force physique grâce aux moteurs thermiques, électriques, nous avons la capacité de démultiplier notre force intellectuelle avec l'intelligence artificielle associée pot aux robots.

 

Cela bouleversera profondément notre manière de travailler, de vivre et aussi d'éduquer. A l'image des luddites, il serait vain et contre-productif d'interdire IA et robots. Il faut que nous apprenions à les comprendre, à prendre appui sur eux mais aussi à les critiquer, y faire face en gardant et en cultivant nos différences tout en apprenant ne pas se reposer systématiquement

 

Il y a en particulier une proposition que je souhaite mettre en avant pour favoriser nos différences en particulier la créativité :

  •  ajouter un bonus d'un point sur une note sur 20 pour les enfants interrogés qui ont démontré une démarche, un esprit particulièrement inventif audacieux créatif.

En plus de favoriser la créativité, cela favorisera le goût de l'effort pour tous les enfants qui ne se contentent pas de ce qu'on leur apprend mais qui veulent aller plus loin. C'est un premier vers l'esprit d'entreprendre, oser prendre des risques.

 

Aussi, c'est un signe fort pour montrer que nous les femmes et les hommes sommes capables d'avoir 21 sur 20 ce qui restera inaccessible pour l'intelligence artificielle très longtemps, espérons jamais.

 

 

Pour paraphraser une phrase très connue c'est un petit point pour les enfants aujourd'hui, ce sera un Grand Point pour l'Humanité demain

Nous sommes faces à un monde de plus en plus complexe devant lequel nous sommes de plus en plus démunis

Aujourd'hui nous sommes confrontés à un monde de plus en plus chaotique, incertain où les catastrophes climatiques se succèdent aux menaces terroristes, où les mouvements de population deviennent de plus en plus difficiles à contenir face aux inégalités criantes, où les ressources se raréfient dramatiquement alors que les besoins explosent et que nous sommes de moins en moins d'actifs à pouvoir y répondre.

 

Il n'y a pas de solutions complètes à tous ces problèmes qui nécessitent des changements massifs de comportements, d'habitudes, nous demandent de revoir nos modes de pensées et vont bouleverser nos civilisations.

 

Face à la complexité, à la nécessité de pouvoir répondre en temps réel, l'être humain est souvent démuni car il ne peut traiter toutes ces informations en tenant compte de tous les impacts potentiels.

 

L'intelligence artificielle, sans être une panacée, peut apporter des réponses car elle a cette capacité. Les robots peuvent eux aussi pallier au manque cruel de bras que nous avons, sachant qu'il n'aura plus que 2 actifs (20-65 ans) pour un senior (>65 ans) à partir de 2040 au lieu de 4 dans les année 1990

L'intérêt de l'IA dans nos sociétés

Les applications de l'IA sont extrêmement nombreuses et pour donner quelques exemples peuvent fortement réduire la mortalité en réduisant le nombre d'accidents mortels grâce au véhicule autonome ou de malades et de décès de dus au cancer grâce à un diagnostic précoce qu'un médecin serait incapable de réaliser seul.

 

Les robots peuvent dans les pays occidentaux réduire la désindustrialisation voire même permettre une réindustrialisation partielle (très difficile de connaître la balance positive ou négative à ce sujet) car une main d'oeuvre peu qualifiée située dans des pays en voie de développement peut être remplacée par des robots pilotés par des hommes situés dans les pays consommateurs.

Le coût de la main d'oeuvre devenant moins important dans le coût total de production alors qu'une relocalisation près des lieux de consommation permet d'accroître la flexibilité, de réduire les fuites de technologies comme le fait Devialet avec ses usines françaises parmi les plus robotisées.

 

Enfin, les robots permettent aussi de réduire les tâches répétitives causant notamment des troubles musculo-squelettiques (TMS).

Les impact de l'IA sur l'emploi

Evidemment, tout n'est pas rose dans le monde de l'intelligence artificielle et des robots. Un des grands problèmes qu'ils soulèvent est le risque massif de perte d'emploi pour de nombreux salariés.

 

Les trois domaines qui risquent le plus de perdre des emplois sont liés à la vente de produits (en raison de distributeurs automatiques, de la réduction du nombre de magasins devenant des showrooms et remplacés par des sites Internet...), les emplois industriels et toutes les tâches administratives ( comptabilité, finance, support client de premier niveau...).

 

Il est très difficile d'évaluer la balance entre les emplois gagnés et perdus. Un très grand nombre d'emplois dont nous n'aurions jamais imaginé l'existence il y a 20 ans sont apparus. Nous avons vécu une situation similaire quand les tracteurs sont arrivés au début du siècle.

 

Aux États-Unis, c'est posé une vraie question sur tous les emplois perdus en raison des tracteurs. Les États-Unis ont alors décidé d'accroître l'âge de la scolarité obligatoire de 13 ans à 16 ans qui leur a permis de former des hommes et femmes pour les emplois de demain.

Impact principal IA, pas la destruction mais le bouleversement des emplois

Des études anticipent que seulement 10 % des emplois seront quasiment totalement automatisés et donc détruits par l'intelligence artificielle (ex: les comptables qui appliquent à la lettre les règles comptables sans apporter de conseil additionnel). 40 % des emplois seraient faiblement touchés par l'automatisation comme le métier d'infirmière en raison notamment du lien humain indispensable.

 

En revanche, 50% des emplois seront fortement automatisés de l'ordre de la moitié des tâches ce qui signifie que les métiers seront profondément modifiés mais que les emplois ne sont pas détruits si les personnes concernées s'adaptent à ce bouleversement. Cela signifie aussi qu'il y a une vraie nécessité d'apprendre à travailler avec les robots.

L'intelligence artificielle est multiple

Il y a parfois une vision simplifiée de l'intelligence artificielle assimile à une intelligence monolithique qui croit progressivement. Il serait donc facile que l'intelligence artificielle dépasse un jour ou l'autre l'homme grâce aux capacités de calcul qui croissent exponentiellement.Il serait donc facile pour l'intelligence artificielle de dépasser celle d'un homme.

 

C'est une vision complètement erronée de l'intelligence qui est réduite alors à un chiffre, le quotient intellectuel qui certes mesure une partie d'intelligence mais n'est pas représentative du toute l'intelligence d'un être humain ou d'une machine. L'intelligence est multiple que ça soit sur la perception, la compréhension, l'analyse des images, des sons, des émotions, les capacités de synthétiser de faire des analogies, la créativité ...

Aujourd'hui l'intelligence artificielle est surtout très bonne pour percevoir des images des sons, analyser des données dans un champ réduit. C'est une intelligence artificielle spécifique, l'IA qui a battu le champion du monde de Go est bien incapable de lire la moindre mammographie pour détecter un cancer.

 

Même si aujourd'hui il doit pas y avoir beaucoup de cancérologues qui sont champions du monde de Go en revanche l'être humain a la capacité de comprendre un très grand nombre de sujets et de domaines avec très peu de données.  

L'IA forte rivalisant avec les hommes pas avant 30 ans

Le mythe de l'intelligence artificielle forte ("High level machine intelligence " (HLMI), capable de rivaliser avec un humain qui est d'ailleurs le vecteur de communication du transhumanisme est loin d'arriver (mais ça arrive vite...).

 

Même si les prévisions dans ce domaine sont extrêmement difficiles à faire actuellement 50 % des experts pensent que cela devrait arriver dans une cinquantaine d'années au plus tôt. En résumé, nous avons entre une et deux générations pour nous y préparer.  

L'IA est faillible

L'autre élément essentiel est que l'intelligence artificielle n'est pas infaillible au contraire, elle est faillible.

 

L'intelligence artificielle est directement dépendante des informations qu'on lui donne et dans bien des cas a beaucoup de difficultés à voir des incohérences qui sauteraient aux yeux de n'importe quel humain.

 

Pour l'anecdote lors de la finale de Jeopardy sur le thème de villes aux Etats-Unis, Watson, l'intelligence artificielle d'IBM a certes gagné contre les humains en revanche elle a fait des erreurs manifestes que nous n'aurions pas faites.

 

Elle a situé la ville de Toronto comme une ville américaine (thème des questions) et non comme une ville canadienne. La raison probable est que Toronto fait partie d'un certain nombre d'associations, organisations américaines (Hockey, civils...) et que l'intelligence artificielle a conclu qu'elle faisait partie des États-Unis.

 

Diabète intellectuel si les enfants et adultes se reposent sur l'IA

Parlons maintenant de l'impact de l'intelligence artificielle sur l'éducation, déjà aujourd'hui un certain nombre d'études montreraient qu'il y a une baisse de QI (qui bien que ne représentant pas l'intelligence totale est un indicateur intéressant à suivre) sur le plan mondial qui serait notamment lié à l'utilisation massive d'écrans par les enfants en bas âge et qui pour cette raison aurait beaucoup moins d'interactions avec leurs proches et l'extérieur et empêcherait ainsi le développement normal de leur cerveau.

 

Un des premiers risques est celui de "diabète intellectuel", cela signifie que les enfants et les adultes se reposent de plus en plus sur l'intelligence artificielle pour prendre leurs décisions, lui fasse confiance de plus en plus aveuglément sans esprit critique et perdant en cela leur créativité, leur esprit critique, leur capacité à transgresser les règles et les inventer car prescrits par les robots avec le consentement le consentement passif des humains.

Collaborer, travailler, programmer avec des robots, IA

L'arrivée de l'intelligence artificielle et de robots me semble inexorable mais aussi indispensable compte tenu des défis à surmonter sur notre planète (réduire et optimiser les consommations énergétiques et des ressources comme l'eau potable, réduire la mortalité sur les routes, les cancers...).

 

Vouloir l'interdire me semble contre-productif en revanche il faut apprendre à vivre avec et empêcher ses dérives.

 

Si on se focalise sur l'éducation, la clé est que les enfants apprennent à apprendre en plus d'apprendre. Apprendre la démarche pour résoudre un exercice est aussi voire plus importante que de savoir appliquer strictement une démarche aboutissant au bon résultat sans la comprendre.

 

Les principes qui me semblent essentiels à appliquer dans l'éducation c'est tout d'abord apprendre à travailler avec l'intelligence artificielle et les robots plutôt que de s'y opposer. Cela peut se matérialiser par des cours de codage où les cours pour programmer des robots en revanche l'objectif n'est pas que tous les élèves deviennent des super développeurs comme ce n'est pas l'objectif du sport à l'école que tous les élèves deviennent des sportifs de haut niveau, d'autant que l'intelligence artificielle va automatiser et rendre caduc beaucoup de programmation.

... Et savoir qu'il est faillible et pouvoir s'en passer

Un autre principe essentiel est de comprendre les limites, les failles de l'intelligence artificielle, ne pas se reposer sur lui aveuglément et gardez toujours l'esprit critique.

 

Il est important qu'ils apprennent la résilience, la capacité à se passer d'IA, de robots (séance sans ordinateur, smartphone…)

 

 

Cultiver ce qui nous distingue : Créativité, travail en équipe, esprit critique

 

L'homme se distingue par sa créativité, ses capacités à créer de nouvelles règles pour les adapter, à avoir l'esprit critique et curieux, apprendre sur un très peu nombre d'exemples ou sur de bases informations dans structure et avoir un esprit et l'intelligence généraliste qui tient compte de l'humain qui a des valeurs qui s'est croisé les informations qui sait aussi sortir des sentiers battus transgresser s'insurger.

 

Il faut cultiver ce qui nous différencie comme la créativité, la relation humaine, le travail en équipe, l'ouverture sur des domaines extrêmement variés, la capacité à transposer des expériences, pratiques dans des domaines très différents

 

 

 

L'école doit aussi faciliter l’expérimentation / le travail par projet d’équipe ("hands-on experience") y compris pour des matières telles que la géographie / histoire en renforçant les « serious game », les simulations et la découverte et l’expérimentation sur le terrain (aller chez un agriculteur pour servir de complément aux cours sur la géographie française, ) sont quelques pistes aussi pour apprendre aux enfants à sortir du cadre.

 

 

L'objectif est que les enfants d'aujourd'hui puissent créer et développer les métiers de demain sans les connaître à l'avance.

#1HumanPoint - BONUS +1 sur une note sur 20 si démarche créative, audacieuse, inventive

J'ai une dernière proposition ajouter un point de bonus à un élève qui aura une démarche particulièrement créative audacieuse inventive indépendamment du résultat final.

 

Ce point est essentiel car il va inciter les enfants à être créatif, à oser, à être curieux, à entreprendre, à prendre des risques.

 

Il symbolise aussi le fait que seul l'homme peut atteindre 21 sur 20 à la différence de l'intelligence artificielle et des machines.

 

C'est un petit point pour les enfants aujourd'hui et ce sera un grand point pour l'humanité demain.

 

Dimitri Carbonnelle - Fondateur de Livosphere

(Mise en place de Nouvelles technologies - IoT, IA...)