Apple HomePod, Google Home et Amazon Echo, assistants intelligents, cellules souches des futurs objets intelligents

Apple vient de lancer son Home Pod, assistant intelligent incarné dans une enceinte concurrençant ainsi Amazon Echo et Google Home.  

 

On pourrait se demander si pour compléter le tableau du GAFA (voire GAFAM), Facebook ne va pas s'y mettre aussi ainsi que Microsoft. [UPDATE 4/8/2017] : Il va le faire ;) 

 

Pour moi, les assistants intelligents sont  comme des cellules souches  (cellules plénipotentiaires), pas bien différenciées,  dont on ne sait pas encore la place qu’elles prendront . Elles peuvent tout faire mais ne savent rien faire (ou presque). En revanche, ces assistants vont donner naissance à de nombreuses cellules différenciées et seront le départ d'une révolution beaucoup plus profonde : l'intégration de la reconnaissance vocale et l'IA dans un très grand nombre d'objets avec un usage beaucoup plus clair qu'aujourd'hui et peut-être un jour une trajectoire similaire au Smartphone.

 

J'aborderai plusieurs points :

  • Est-ce que ces agents vont  prospérer ou retomber comme un soufflé à l'image des smartwatches ?
  • Qu'est ce qu'il faut pour qu'ils se développent et n'atterrissent pas dans des placards comme des reliques à l'image de feu les lapins Nabaztag ou des appendices inutiles de smartphone ?
  • Comment vont-ils évoluer ? Vers des robots ou être intégrés directement dans les appareils électriques ? 
  • Quels problèmes cela pose d'avoir nos conversations envoyées systématiquement dans le cloud ? Qu'en est-il de nos données personnelles, face à ce micro branché 24h/24h ? 
Comme pour les activity tracker, smartwatches, tout le monde se met à l'assistant intelligent, Apple annonce le sien après Amazon Echo, Google Home et Djingo d'Orange (disponible début 2018 en français ;).

 

Les mauvaises langues diront que ces HomePod, Google Home et Amazon Echo ne sont que des lapins Nabaztag ou des home box cylindriques à qui on a offert le don de la parole. D'autres se demanderont quel est leur intérêt face à un smartphone présent dans la poche  qui nous évite d'acheter un assistant par pièce (même réduit comme l'Amazon Dot ou une télécommande intelligente).

 

Pour moi, l'assistant intelligent est comme une cellule souche, pas bien différenciée, dont on ne sait pas encore la place qu’il prendra dans la maison mais qui va donner naissance à de nombreuses cellules différenciées avec un usage clair. Ces assistants sont le départ d'une révolution beaucoup plus profonde de l'intégration de la reconnaissance vocale et l'IA dans un très grand nombre d'objets.

 

Mais pour revenir à ce premier assistant, quels seraient ses usages ? 

 

Aujourd'hui, le premier usage est celui d'une enceinte audio d'où sa forme quasi cylindrique. Hormis  le HomePod d'Apple à 349 USD, les prix sont très abordables : Amazon Echo pour 180 USD , Google Home 109$ (129$ avant) et il est dans la même gamme de prix voire moins cher que d'autres enceintes de même acabit (l'enceinte Sonos Play 1 est à 230 €).

 

Elles ont toutes des fonctions  "Nice to Have" identiques (donne les nouvelles, le trafic, la  météo, diffuse de la musique de Spotify, Deezer..., aider à contrôler la maison si vous avez des objets connectés compatibles...) 

Mais pour revenir à ce premier assistant, quels seraient ses usages ? 

 

Aujourd'hui, le premier usage est celui d'une enceinte audio d'où sa forme quasi cylindrique. Hormis  le HomePod d'Apple à 349 USD, les prix sont très abordables : Amazon Echo pour 140 USD (180 USD avant l'annonce Apple), Google Home 109$ (129$ avant) et il est dans la même gamme de prix voire moins cher que d'autres enceintes de même acabit (l'enceinte Sonos Play 1 est à 230 €).

 

Elles ont toutes des fonctions  "Nice to Have" identiques (donne les nouvelles, le trafic, la  météo, diffuse de la musique de Spotify, Deezer..., aider à contrôler la maison si vous avez des objets connectés compatibles...) 

Différent positionnement entre les 3 assistants

Néanmoins les positionnements marketing des 3 enceintes sont radicalement différents : HomePod se positionne clairement sur la musique avec iTunes et concurrence Sonos,  Google Home se positionne comme le majordome de la maison, un assistant  multi-tâches intelligent de la maison et Amazon Echo, qui en plus d'être une enceinte, facilite les achats en étant directement intégré avec sa Marketplace.

 

Amazon Echo - Ecosystème et achat facilité

Un petit comparatif entre Amazon Echo et Google Home, montre que le premier se différencie par son éco-système et son intégration avec de nombreux partenaires et des applications tierces (y compris Google) en particulier pour acheter, Google Home est meilleur pour le son, et moins cher, d'autre part c'est celui qui répond le mieux(  aux questions devant Cortana,  loin devant Echo et Siri (étude de StoneTemple avant la nouvelle release de iOS 11:)

 

Pour être honnête, celui qui me semble le plus à même de réussir à devenir un assistant intelligent est Amazon Echo car il se fonde sur un usage quasi quotidien : l'achat qui présente de multiples avantages, les clients Amazon ont mis leur numéro de CB sur Amazon, ce qui permet de créer une expérience frictionless d'achat à partir de l'Amazon Echo, permet d'utiliser Amazon Echo comme extension du smartphone ou du web mais en créant bien plus de "stickiness".
Il peut gérer des rachats automatiques ou suggérés avec des questions comme "Il risqué de vous manquer de lessive. Voulez-vous que j'en recommande ?" Qui dirai"Non", je vais aller en chercher la prochaine fois que j'y pense au supermarché ! A ce titre,j'ai écrit un article sur l'arrivée d'Amazon avec le Dash qui s'applique aussi ici.

 

Le problème est que l'achat n'est pas un acte nécessairement quotidien, en revanche en simplifiant fortement l'achat / réduit fortement les frictions d'achat (plus besoin d'aller sur un site, sélectionner son article, l'acheter...), il constitue un modèle économique  pour Amazon.

Google Home - Majordome de la maison 

 

Google Home a un problème de positionnement car il fait un compromis entre de multiples choses, enceinte, recherches simples utilisant Google Assistant, alertes sur ses vols, le trafic. capacité à s'intégrer avec le smart home, ...

 

La promesse n'est pas suffisamment claire pour le client final , les usages sont trop larges un peu comme le Mother de Rafi (plus ou moins abandonné depuis, hormis les peanuts). La baisse de prix récente des Google Home (à 109$ au lieu de 129$) est d'ailleurs peut-être un signe.

 

Enfin à la différence d'Amazon Echo, il n'y a pas de modèle économique récurrent avec Google Home actuellement. Vous me direz, qu'elle peut diffuser de la publicité sauf que cela sera vite considéré comme très intrusif et Google n'est pas comme Amazon une plateforme de vente avec une logistique pour livrer, ce n'est pas son métier,   

Apple Homepod - La Musique puis Homekit

 

Apple est totalement légitime sur la musique, il devra montrer qu’il est capable d'être le meilleur en acoustique pour concurrencer les Sonos voire gratouiller les doigts de pied de Devialet.

 

Le problème est qu'en dehors de la musique, HomePod n'a pas de réel élément différenciateur avec les autres (commander sa maison avec des équipements compatibles HomeKit...)  et que la valeur additionnelle de la voix n'est pas énorme par rapport à une enceinte usuelle.

 

Apple réduit beaucoup moins les frictions qu'Amazon Echo car à la base il y en a assez peu (il suffit d'appuyer sr un bouton pour passer d'une musique à l'autre et la recherche de nouvelles musiques est un Nice to have pas un Must Have) .

 

Pour Google et Apple, il y a un risque majeur, que ces produits soient soit des succès en demi-teinte ou pire des fours commerciaux. Ce ne serait pas une catastrophe pour eux (actuellement, seul Amazon Echo a fait ses preuves avec 8M de ventes même s'il faut s'assurer du taux d'activité de ceux-ci.), mais si c'est le cas que faire ?  

Facebook - Est-ce vraiment nécessaire ?

 

Pour Facebook, au-delà de montrer ses muscles en disant "Moi aussi, je sais faire un assistant personnel comme les autres GAF", je vois assez peu d'intérêt car la vocation de FB est de partager des moments, images, vidéos avec sa communauté d'amis et ce n'est guère évident avec une enceinte !

 

On peut échanger avec des amis par la voix, mais il paraît que les smartphones ont déjà cette fonction : l'appel téléphonique; (ou de la VoIP sur FB via Messenger), donc l'intérêt additionnel me semble très faible. Le jour où Messenger intégrera massivement des agents intelligents et qu'ils seront utilisés de manière pluri-quotidienne, cela aurait plus d'intérêt. Néanmoins, il y aura déjà pas mal de concurrence.

 

Là-dessus, je pense que Facebook fera soit du Wait and See ou sortira un agent intelligent type Proof of Concept / POC qui ne sera pas commercialisé avant longtemps. Enfin, le hardware n'est pas vraiment la spécialité de Facebook (hors Oculus qui est un rachat). En revanche, à la suite du rachat de Wit.AI, il est probable qu'ils intègrent la reconnaissance vocale dans l'Oculus pour faciliter la navigation, la recherché d'informations...  

 

Ce sera l'occasion pour moi de poser la question à Alexandre Lebrun, fondateur de Wit.Ai racheté par Facebook en janvier 2015 lors de Viva Tech (Conférence que j'anime jeudi 15 sur "Voice is the new UI" avec aussi Yann Lechelle de Snips) ;)

 

 

UPDATE 4/8/2017 Facebook lancerait un Smart Speaker début 2018

Après les 3 autres gaillards du GAFA et  plus récemment Alibaba, Facebook pourrait commercialiser pour le premier trimestre 2018 son premier "Smart Speaker".

 

A priori, il serait composé d'un écran tactile de 15 pouces (environ 40 cm), serait sans doute utilisé pour un usage type "Call Vidéos" notamment (ci-contre une déclinaison d'Amazon Echo avec un écran et une caméra).

 

D'autres usages, comme celui de bloc-notes, achat simplifié, "vidéo-surveillance" pourraient être mis en avant. On retrouvera certainement des usages similaires au Triby d'Invoxia.

 

Le produit devrait être fabriqué par Pegatron Technology (en Chine) 

 

Néanmoins, je reste circonspect sur ce type de produit car ce sont des produits très multi-usages à l'image des smartphones et surtout qui sont concurrencés par la multitude d'écrans déjà existants dans la maison avec des fonctions similaires (smartphones, tablettes, TV, versons aussi une petite larme pour feu les cadres photo numériques). La vraie question est quelle est la valeur additionnelle apportée par les Smart Speakers ou Smart Screens par rapport à ce qui existe déjà.

 

Le marché devrait être de 5,5 milliards de dollars de revenus en 2022, ce qui est un chiffre très hypothétique et très faible vu que c'est dans 5 ans (le marché mondial des smartphones est de 430Md$).

 

Pour être caricatural, je pourrais créer un Smart Speaker Livosphere (et pourquoi pas ;) en intégrant une tablette achetée sur Alibaba dans un support avec un joli design.

 

Pour moi, il s'agit plus pour Facebook d'occuper le terrain que d'un lancement massif, ce que je comprends aisément. 

 

La suite dans moins d'un an ...


Microsoft - Cortana in the car 

 

Concernant Microsoft, il se pourrait qu'ils sortent pas un agent intelligent ou enceinte intelligente (ils ont eu un projet H... , d'enceinte avec Cortana il y a 7 ans qui a été enterré depuis), cela permettrait de matérialiser Cortana très peu utilisé à l'exception des derniers mohicans utilisant des Windows Phone et de quelques happy few qui l'utilisent dans Windows 10. Ils pourraient aussi l'intégrer dans leur Xbox et dans HoloLens. 

 

Mais encore une fois, pour quel usage ? L'approche de Microsoft est sans doute la plus pragmatique car il se concentre sur Cortana in the Car avec des constructeurs automobiles où d'une part il y a de vrais uses cases (éviter d'utiliser son smartphone) et un angle d'attaque pertinent auprès des constructeurs en étant un acteur nettement plus neutre face à Apple Car Play et Android Auto qui sont devenus des partenaires contraints des constructeurs.  

Familiariser la reconnaissance vocale (cf les smartphones avant IPhone)
A l'image de la brosse à cheveux connectée, issue du partenariat entre Kerastase (L'Oréal) et Withings, l'objectif n'est peut-être pas tant commercial que pédagogique pour l'utilisateur final ainsi que pour l'entreprise. (Petit aparté, je ne pense pas que la brosse à cheveux pour un prix de près de 200€ fasse un carton dans les linéaires. En revanche, cela permet à L'Oréal de se familiariser avec les données collectées directement de leurs clientes et de les utiliser pour proposer des produits personnalisés)
 

 

L'utilisation régulière d'un agent intelligent n'est pas vraiment naturelle mais à l'image de ce qu'ont été les smartphones avant l'iPhone, les enceintes intelligentes permettent à tout à chacun de se familiariser avec ceux-ci ainsi qu'avec l'utilisation de la reconnaissance vocale avant qu'ils ne s'étendent vraiment.
Intégration dans les objets de la reconnaissance vocale 

 

Les deux prochaines évolutions de ces agents intelligents sont d'abord leur dissolution dans d'autres objets connectés. Typiquement, dans une machine à laver, une machine à café, une TV, un réveil.

 

L'objectif n'est pas qu’ils deviennent des assistants omniscients mais des assistants qui répondent à des ordres simples dans leur domaine par la voix type "OK Réveil, pourrais-tu mettre l'alarme pour mon rdv demain ?", "OK, Machal (petit surnom donné à la machine à laver), pourrais-tu recommander de la lessive et m'indiquer si je peux mettre mon vêtement en lin avec les vêtements que j'ai déjà mis ?"

 

Les coûts d'un micro, des puces, transmetteurs ont fortement chuté, une startup comme Snips, propose déjà d'intégrer ce type de fonction dans les équipements et à l'image d'Alexa et Cortana, Facebook propose via Wit.AI (racheté) de transformer de la voix en langage structuré.

L'arrivée des robots comme assistants

 

D'autre part, parler à un cylindre  (forme la plus commune notamment pour avoir un son 360°) n'est pas ce qui a de plus funky. Je dirai même que cela pourrait en laisser un certain nombre de marbre et n'engage pas à la discussion.

 

 

Quelques LEDs peuvent agrémenter le dispositif comme sur Amazon mais je crois beaucoup plus à une évolution vers des "robots" ou des objets qui incitent à communiquer (forme d'animaux, écran pour exprimer des "émotions" simples ...).

 

En plus de notre Buddy national, j'apprécie beaucoup iJini qui pour 600$ vous donne de vraies fausses émotions (on écrasera une larme sur AIbo de Sony qui fut leur ancêtre à tous) .


Les autres interactions : les gestes en particulier 

 

Autre point, on parle de la voix mais il y a aussi d'autres interactions naturelles qui se développeront, en particulier le geste. Bixi, startup française a notamment montré au CES Las Vegas un dispositif qui intègre Alexa en plus de la commande par geste (avec un capteur STM). Ijini l'illustre aussi car il faut le caresser pour qu'il tombe en pâmoison devant nous !

Voix traitée localement ou sur Internet
Enfin, il y a une vraie problématique sur le choix du traitement de la voix et de son analyse (Speech to text, Natural Language Processing (NLP) qui intègre NLU Natural Language Understanding)
Faut-il l'embarquer ou l'intégrer sur une plateforme ? Amazon Echo envoie tout dans le cloud ce qui est un problème majeur pour plusieurs raisons, potentiellement des délais de latence plus longs, une impossibilité de communiquer en cas de coupure et la confidentialité des données personnelles qui d'une part est un frein majeur à l'achat si ce n'est pas respecté en particulier en Europe. Ce sera particulièrement encadré avec la nouvelle réglementation européenne RGPD (25 mai 2018 avec de lourdes sanctions an cas de manquement). Je vous conseille très fort la lecture des recommandations de la CNIL à ce sujet.
 

 

Dystopie personnelle  sur les assistants intelligents ... écrite en 2011 ...

 

Cela vous donne un retour avec une vision très personnelle des assistants intelligents. Il y a quelqu'un temps, j'avais écrit une mini dystopie sur l'arrivée des  agents intelligents (iLad d'Apple ;) avec les impacts sociétaux des assistants intelligents, alias Life Advisor si cela vous intéresse.

 

Vous y découvrirez plein d'assistants "Take care of my money", "Take care of my Car" et le fameux "Take Care of my life"... autant de nouvelle applis avec les opportunités et les risques ...

 

Dimitri Carbonnelle

Fondateur de Livosphere Conseil en Open Innovation (Internet des Objets, IA ... et startups)

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0