Innovation Politique - Analyse du meeting d'Emmanuel Macron - En Marche - Empower rather than take power !

En résumé - Donner du pouvoir aux acteurs locaux plutôt que les contraindre - Partir des problèmes vers les solutions et non l'inverse

Hier, j'ai assisté au meeting En Marche au Mans d'Emmanuel Macron et je souhaitais partager avec vous une analyse personnelle sur mon premier meeting politique (il était temps ;)

C'est la première fois que j'écris ici un article en dehors des startups, objets connectés, stratégie d'innovations, mais au-delà du témoignage, je souhaitais ici aborder un autre point l'innovation politique qui peut devenir un formidable levier pour toutes les autres innovations et faire évoluer notre monde face aux très nombreux bouleversements qui font face à nous dans les prochaines années.

 

En quelques mots, il propose de changer de paradigme, l'Etat "empower", donne du pouvoir aux individus d'agir à sa place, il devient facilitateur, et "cadreur", plutôt que l'empêcheur de tourner en rond avec des normes, lois, prés carrés, dogmatismes qui nous empêchent de changer quoi que ce soit.  Il a pour rôle de donner le pouvoir à chacun de résoudre de manière adaptée ses problèmes en fixant un cadre stable et sûr, et non comme aujourd'hui  pour rôle de vouloir régler vos problèmes à votre place sans les connaître en appliquant des solutions standards et éculées et qui, au final, coûte énormément et gaspille temps, argent et ressources aujourd'hui tous trois très limités.

Quand on lit les premiers retours de la presse de ce matin, on voit des titres comme "Emmanuel Macron entretient le flou sur le contenu de ses propositions" (Le Monde 12/10), "Cela ne fait pas encore un programme" (Le Figaro 12/10).

 

Je ne vais pas rentrer sur ces débats mais un travers que l'on a est souvent de juger des solutions sans connaître le problème. Proposer de créer une usine à gaz pour tuer une mouche est une habitude politique française qui faisait illusion, il y a quelque temps mais qui ne fait plus du tout recette aujourd'hui et même pire qui effraie car cela implique des coûts, des gaspillages, des impôts additionnels pour des résultats souvent nuls voire catastrophiques.  

Démarche Définir, Mesurer, Analyser, Améliorer et Contôler

Ce meeting montre la voie à une autre manière de faire de la politique et est même une innovation politique (pourtant tellement évidente dans le monde de l'entreprise et appliquée depuis belle lurette ... comme quoi les voies de la politique peuvent rester longtemps impénétrables).

Elle se décompose en quatre principes de bon sens, (qu'on retrouve dans des méthodologies comme Six Sigma - DMAIC - Define Measure Analyze Improve and Control , j'étais Master Black Belt chez General Electric ;)  ou PDCA (Plan Do Check Act - roue de Deming)

  1. Définir le problème : C'est l'objectif de La Grande Marche avec le feedback du terrain, la VOC (Voice of Citizen ici plutôt que Voice of Customer)  :
  • Démarche : Je vais sur le terrain pour comprendre et définir le vrai problème.
  • Ce qu'a fait En Marche :  De nombreux adhérents sont allés sur le terrain pour faire un diagnostic réel de notre société (et non d'après ce que l'on croit que les gens pensent) grâce aux nombreux questionnaires (peu importe le nombre exact car au-delà de 1000 retours sur des populations variées, cela devient statistiquement représentatif de la France )

 

2. Mesurer et analyser le problème - C'est l'objet de trois meetings mais en particulier du Mans : le Diagnostic  

  • a) Démarche J'identifie et priorise les principaux problèmes en me mesurant et me "benchmarkant. 
  • Ce qu'a fait En Marche : ici, les principaux problèmes identifiés sont : l'Insécurité (avec la peur de perdre ce que l'on a ou de ce que l'on est) , l'Inutilité (le sentiment d'être inutile) et l'Empêchement (le sentiment que quelque soit ses efforts, on ne peut avancer, changer les choses)
  • Les exemples concretsprésentés sont l'insécurité en raison des attentats, dans les transports pour tous mais en particulier pour les femmes, l'inutilité quand on n'a pas de travail ou on ne peut en changer, impossibilité pour les personnes peu diplômées de monter l'ascenseur social (ex: en Allemagne, plus de 60% des dirigeants d'entreprise sont issus de la promotion interne contre un peu plus de 20% en France car les dirigeants issus des mêmes écoles passent d'une société du CAC 40 à une autre.)

 

  • b) Démarche:  J'identifie les causes de ces problèmes.
  • Ce qu'a fait En Marche : Un certain nombre de causes ont été identifiées sous tendues par un constat, on applique les mêmes remèdes à des problèmes qui n'ont parfois revient à voir. Par exemple, un même enseignement est appliqué pour des enfants dans des zones difficiles où les parents n'ont pas d'activité professionnelle et pour des enfants dans le 16è à Paris ou une petite ville en Province. C'est un peu comme si quel que soit votre maladie,  grippe ou typhus un médecin vous prescrivait le même médicament !

3) Améliorer - Pistes de réflexion - Démarche:  J'apporte des solutions différenciées à chaque problème au lieu d'une réponse unique à tous les problèmes 

 
Ce qu'a fait En Marche : Proposer une autre approche où à chaque problème sa solution, plutôt qu'à chaque problème la même solution et favoriser "l'empowerment", donner les ressources et la liberté à chacun de résoudre les problèmes plutôt que d'attendre que l'Etat le fasse.
 
Aujourd'hui, la plupart des politiques en campagne proposent d'apporter une même solution à tous quelque soit leur problème (il est vrai qu'en terme de communication c'est plus facile de faire passer un message simpliste et erroné qu'un message compliqué et efficace !). Cela représente un coût et un gaspillage énorme pour la société car il n'existe pas de solution miracle capable de résoudre tous les problèmes. Auparavant, c'était tenable car il y avait des problèmes similaires partagés par un grand nombre de personnes (besoin de construction immobilière, manque de main d'oeuvre, manque d'infrastructure pour se déplacer en France en voiture en train, développement d'une production de masse...) qui pouvaient être résolus par des solutions globales appliquées à tous (construction de HLM, grands programmes d'infrastructure..).
 

 

Notre société est beaucoup moins complexe qu'aujourd'hui  (depuis, nous avons une réglementation et normalisation effrénée, évolutions sociologiques: familles mono-parentales ou recomposées), moins mondialisée qu'avant (aujourd'hui, nous avons des tensions plus forte liées aux inégalités plus visibles via les médias et plus grande facilité de déplacement au sein d'un pays et entre pays avec des migrations massives ...) . Nous avions beaucoup plus de ressources (croissance des Trente Glorieuses, exploration pétrolière et des ressources minérales, révolution verte ...) et moins de besoin (plus faible population, moins de véhicules, d'avions, demande énergétique plus faible..), enfin nous n'avions pas encore vu les limites de notre système productiviste et consumériste à tout crin (raréfaction des ressources, réchauffement climatique, réduction drastique de la biodiversité (anthropocène)...)

Révolution en politique : passer du MS-Dos aux smartphones

La fête est finie, ce n'est plus possible, nous n'avons plus les moyens de continuer à agir ainsi mais la politique et les politiciens dans la majorité des cas ont gardé le même OS (système d'exploitation), ils sont sous MS-Dos ( qui date de 1981 !) alors que nous sommes à l'heure du smartphone et des objets connectés. Ils gardent les mêmes réflexes d'il y a vingt ou trente ans et il faut les comprendre c'est difficile de changer d'OS cérébral quand cela fait entre 20 et 40 ans qu'on est dans la politique et que cela a toujours fonctionné de la même manière et pour eux, plutôt bien fonctionné.

 

La seule solution est d'adapter les solutions aux problèmes ce qui évite des dépenses inutiles. Le problème est que l'Etat n'a pas la capacité de résoudre lui-même chaque problème avec une solution adaptée. Compte tenu de tous les cas particuliers, il faudrait des règles infinies, une administration beaucoup plus pléthorique pour des résultats ridicules car en plus les cas particuliers évolueraient tout le temps.

 

La seule solution est que ce soit les acteurs sur le terrain qui connaissent le problème qui résolvent le problème. L'Etat n'a alors plus le même rôle, au lieu de donner des règles inflexibles, il donne un cadre, au lieu d'obliger les acteurs à se conformer à des lignes de budget rigides, il doit donner une enveloppe avec des objectifs clairs. Il ne doit plus contraindre mais encourager les initiatives, donner les moyens aux acteurs d'agir plutôt qu'agir à leur place. Il ne doit plus supprimer les libertés de chacun pour assurer une sécurité digne d'un Etat policier mais donner les moyens à chacun d'avoir la possibilité de choisir sa vie, de lui donner du sens et de partager avec les autres.  

 

La répression totale sans discernement qui est une tendance dangereuse et préconisée par de plus en plus de politiques (en France, aux Etats-Unis et ailleurs) est un pis-aller alors que favoriser le développement de la coopération entre individus,  entreprises, acteurs publics ... en leur donnant les moyens, la liberté de coopérer, en permettant que les meilleures initiatives se propagent sans avoir le couperet de l'Etat tuant dans l'oeuf toutes les bonnes initiatives dès lors qu'elles ne rentrent pas dans le rang est une voie qui nous permettra de pouvoir mieux surmonter les nombreux obstacles face à nous (climat, terrorisme, raréfaction des ressources, migrations...). Cela signifie que l'Etat sache accepter de lâcher son pouvoir central colbertiste et avoir confiance dans les acteurs locaux et leur donner le pouvoir d'agir.  

 

La régionalisation notamment va dans ce sens, mais les "pistes de réflexion" d'Emmanuel Macron vont toutes dans ce sens, plus de flexibilité donnée aux enseignants pour l'Education plutôt qu'un programme rigide dressé par le Ministère de l'Education Nationale, des accords entreprises plutôt que des accords nationaux inflexibles, des associations entre médecins et hôpitaux dans des zones rurales plutôt que des combats corporatistes et nationaux entre hôpitaux et ordre des médecins ...

 

Pour l'individu, le message derrière Choisir plutôt que Subir, c'est de donner à tous la capacité de choisir dans leur éducation, leur travail, leur santé. Après soit ils choisissent de faire des efforts et sont récompensés, soit ils choisissent de ne pas en faire mais c'est leur responsabilité et non plus celle de l'Etat (hormis un filet de sécurité pour les plus démunis ou sur des périodes transitoires le temps de rebondir). Car aujourd'hui, nous sommes dans un monde où pour beaucoup de personnes, quel que soit ses efforts, on reste à la même place en fonction de là où on est né, de ses origines de son éducation.

Last but not least - Contrôler 

 

  • Démarche : Mettre en place les indicateurs à l'aune desquels on pourra vérifier qu'on a atteint notre objectif fixé et communiqué au départ  

 

  • Ce que doit faire En Marche : C'est sur ce point que ce sera jugé Emmanuel Macron s'il arrive aux plus hautes fonctions de l'Etat. Cela signifie qu'il doit dès le départ afficher des indicateurs mesurables pour voir l'impact de ces mesures, sinon il ne sera qu'un feu de paille qui aura fait illusion, un président décevant comme l'a été Obama en particulier lors de son second mandat. Actuellement, c'est sans doute trop tôt pour en parler mais cela doit être fait rapidement s'il devient candidat.

Pour tous les acteurs publics, les régions, les administrations, les départements, les communes, ils devraient tous avoir leurs principaux indicateurs (enseignement, transport, criminalité ..) sur lesquels ils sont missionnés par leurs électeurs visibles en sur leur home page avec la possibilité de voir leur évolution dans le temps en intégrant le nom des élus et les dates auxquelles ils l'ont été afin de voir leur vrai impact.

L'essentiel n'est pas dans le détail des propositions

Oui, cette vision semble utopique, oui ça prendra du temps, mais si l'Etat montre l'exemple avec quelqu'un au sommet de l'Etat qui l'applique (on sera tous extrêmement attentif à cela) et qui s'y tient, on a plus de chances d'y arriver. C'est cet espoir, cette volonté  que j'ai retenu de ce meeting  et qui sont, je pense, partagés par beaucoup de personnes qui entrent dans ce mouvement.
 
Si je voulais faire un parallèle avec mon métier, détricoter l'ensemble des propositions d'Emmanuel Macron et les comparer aux autres candidats, c'est comme énumérer et comparer les fonctionnalités du premier iPhone avec les Nokia, Blackberry, Alcatel et consorts et donc vous êtes vraiment passés à côté de quelque chose ;)
 

 

Bien sûr Emmanuel Macron est loin d'être parfait et peut donner l'impression d'être le premier de la classe qui veut devenir directeur d'école. En tout cas, il propose une démarche pragmatique, fondé sur le terrain avec des solutions qui deviennent de plus en plus concrètes et surtout adaptées aux problèmes actuels.
C'est ce qu'on fait depuis des lustres dans les entreprises et qu'il applique en politique !  Aujourd'hui, on a tendance en particulier à  l'approche des élections à proposer des solutions qui pourraient recueillir le plus de voix mais dont on a aucune idée de l'impact sur le problème ni même si ça résout un problème.
Pour le mouvement En Marche, on part des problèmes en recueillant la voix des citoyens, on l'analyse, et on donne à ceux qui sont le terrain de pouvoir les résoudre dans un cadre stable et sûr. Du bon sens en somme !
NB Quelques infos sur le rédacteur ! J'ai croisé un certain nombre de fois Emmanuel Macron, dans le cadre de Livosphere, faisant partie de la FrenchTech ( Plan Objets intelligents) et étant souvent dans des événements liés à l'innovation (CES Las Vegas, FrenchTech...).  
La fois la plus marquante est lorsque j'ai organisé le déjeuner avec lui et Axelle Lemaire (ce qui m'a valu un selfie inédit ;) sur les objets connectés avec des tartups comme Lima, Withings, Holî , des grands groupes comme L'Oréal, La Poste, Samsung .. (article) C'était le mardi 6 janvier 2015 au CES Las Vegas, un jour avant le terrible attentat de Charlie, qui le lendemain a d'ailleurs créé une forte solidarité au sein de la communauté française et même internationale.
Enfin, vous aurez deviné facilement que je suis aussi adhérent ;)
Dimitri Carbonnelle - A titre personnel ;)

 

Event Headline

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Inscite autem medicinae et gubernationis ultimum cum ultimo sapientiae comparatur. Qua ex cognitione facilior facta est investigatio rerum occultissimarum. At coluit ipse amicitias.

Schedule

Incididunt

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetu.

 

Consectetur

Ut suscipit imperdiet Nisl, non vitae blandit.

 

Simsalabim

Ut suscipit imperdiet nisl hest tempor.


Location

Name

Street

City/ZIP

Email: info@email.com

Telephone: XXXXX / XX XX XX


Impressions

Écrire commentaire

Commentaires : 0