Objets Connectés - Prévisions pour 2014 avant le CES Las Vegas

Livosphere - Objets Connectés 2014

Pour cette nouvelle année, je me lance à mon tour dans les prédictions pour 2014 au sujet des objets connectés avant le CES de Las Vegas.

 

  • Objets stars 2014 : Playable Devices, Jeux et Jouet, "pet and children care connected devices" (animaux et enfants), en B2B : Retail / Point de vente digital
  • Google, Microsoft et/ou Amazon lancent leur plate-forme cloud dédiée aux objets connectés
  • Les premières offres de rachats de plus d’un milliard d'euros pour les plus belles startups d'objets connectés : Fitbit, NestJawbone et qui sait peut-être Withings et Netatmo par  Google, Microsoft, Apple et peut-être Samsung
  • Pas de lancement de l'iWatch et pas de décollage commercial des smart watches
  • Les grandes marques (Danone, Nestle, Coca-Cola, L'Oréal, P&G...) se lancent dans les objets connectés
  •    La guerre de standards sur les "sub-1 Ghz" en courte portée et l'apparition de nouveaux réseaux bas débits longue portée (en plus de Sigfox).

Je salue par ailleurs Fred Cavazza qui fait cet exercice régulièrement en revoyant les prévisions de l'année précédente. J’en ferai de même ici.

 

1. Les objets connectés phares de 2014 

 

Après la santé et le bien-être, les prochains objets connectés stars qui feront l'actualité en 2014  seront pour le Grand Public, les playable devices (équipements de sport), les jeux et jouets interactifs, les "pet connected devices" pour les animaux, et en B2B le Retail / Point de vente digital.

 

- Les Playable Devices (équipements sportifs en référence avec les wearable devices),

 

Ils vont devenir un de domaines phares des objets connectés en 2014. Voici quelques exemples récents, certains restent artisanaux : ballon de foot  Adidas Smartball, ballon de basket 94Fifty, raquette de tennis Babolat Play, crosse de hockey FWD Powershot, skateboard Indy Tracker, casque de vélo de LifeBEAM, masque de ski d'Oakleytracking en live d'athlètes lors de compétitions sportives avec MyGeoLive, des textiles connectés pour sportifs notamment avec Cityzen Sciences.

 

Il y a deux raisons à cela, tout d'abord, les événements sportifs attirent les plus grandes masses de personnes, le Mondial de Foot 2014 l'illustrera dans quelques mois. L'utilisation des objets connectés par les sportifs contribuera à accroitre fortement leur notoriété et à accélérer leur envol. Ensuite le sport est de plus en plus insatiable de données, restituées au spectateur sous forme de statistiques, infographies, ... Or les objets connectés sauront combler ce besoin de données avec une précision et une richesse inégalées. 


Comme dans le domaine des smart activity tracker, la compétition favorise aussi l'utilisation des données pour améliorer sa performance et pour se comparer aux autres et se motiver. 

 

- les Jeux et Jouets 

 

Il y a eu quelques produits phares dans les bottes du Père Noël cette année avec les Disney Infinity et surtout les Skylanders (la première version date de 2011), mais nous sommes au niveau le plus bas de l'interactivité utilisant des socles statiques et une technologie RFID/NFC qui est une variation des tags RFID du Mirror de Rafi Haladjian.

 

Fin 2014, les "jouets vidéos" seront bien plus interactifs, nous connaissons depuis quelque temps l'AR Drone de Parrot ou Sphero d'Orbotix qui sont déjà à leur 2ème version. Mais connaissez-vous Anki Driveun jeu de voitures télécommandées intelligentes où vous pouvez jouer contre un joueur virtuel sur un vrai circuit miniature, capable d'éviter votre voiture et de vous battre ... ou ePawn et Editions Volumiques qui transforment vos plateaux de jeux ou vos tablettes pour que vos figurines interagissent directement avec le plateau de jeu sous forme d’écran.

 

L'un des intérêts pour les fabricants, au-delà de celui des joueurs et de nouvelles possibilités offertes par cette nouvelle interactivité,  est de créer des produits dérivés, des figurines à des très bas coûts, de les vendre à des marges élevées en permettant d'allonger considérablement la vie du jeu et aussi de favoriser l'achat de produits virtuels à coût marginal nul.

 

- Les "pet  et children care connected devices" ou objets connectés pour animaux et pour les enfants

 

Que serions-nous prêt à sacrifier pour nos chères bêtes ?  Pour suivre leur activité physique (FitBark), les retrouver (e-Collier de SFR), ou leur donner à manger quand nous ne sommes pas présent (Pintofeed), un objet connecté a été conçu. Le marché des objets connectés pour animaux est encore à ses balbutiements alors que les besoins sont énormes et que nombreux sont ceux prêts à payer des sommes importantes pour les nourrir, les soigner, les distraire…

 

Pour les enfants, il y aura aussi de nombreuses solutions comme le bracelet Ange Gardien afin de savoir quand ils reviennent à la maison ou de les suivre (cependant, les suivre constamment n'est pas la meilleure façon de construire la confiance ! ).

 

-       Autres usages : Smart Home, maîtrise d’énergie, sécurité, maintien à domicile

 

Il y a encore beaucoup d'autres usages qui ont fait l'actualité en 2013 dans le domaine du Smart Home, de la maîtrise d'énergie, de la sécurité et du maintien à domicile et qui continueront à faire parler d'eux en 2014. Les entreprises comme Netatmo, NestMyFoxLockitron  développeront leur offre et feront certainement des annonces au CES Las Vegas 2014 dans quelques jours et de nouvelles entreprises comme Archos se lancent à leur tour sur le marché des objets connectés.

 

Les questions à se poser pour un objet connecté sont toujours :

  • Qu'est ce que cela apporte à mes utilisateurs que mon objet devienne connecté et qu'ils n'avaient pas avant ?
  • Sont-ils prêt à payer plus pour l'obtenir ?

 

- Le Retail en B2B

En B2B, l'intégration physique du digital dans le point de vente vient compléter la stratégie Web-to-Store ou du Drive-to-store est . Les objets connectés vont de plus en plus faire partie intégrante des points de vente, pour tracker et promouvoir sur le point de vente (iBeacon), pour mêler le virtuel et le réel (Fliike le compteur de like Facebook de Smiirl ou le cintre connecté chez C&A qui permet de liker les vêtements favoris mais qui date un peu ).

 

Les intérêts sont multiples, fidéliser les clients, mieux connaître leur comportement et parcours d'achat et de non-achat dans et en dehors du point de vente, accroître virtuellement la gamme de produits (showrooms virtuels), créer un lien entre leur vie sur le net + réseau sociaux  et leur IRL (In Real Life). C'est aussi une des prévisions de Fred Cavazza pour 2014.

 

2. Google, Microsoft (en B2C) et/ou Amazon (en B2B) lancent  leur plate-forme cloud dédiée aux objets connectés

 

Beaucoup d’entreprises High-Tech rêveraient  de devenir la pierre angulaire de l’Internet of Things et collecter, traiter et restituer les données transmises par les objets communicants pour devenir le nouveau Google, Facebook ou Amazon des objets connectés.

 

Seul un ou deux acteurs pourront se positionner comme acteur généraliste pour accueillir les données des objets connectés même s'il existe déjà des plateformes, des français comme Sen.se de Rafi, Qeo de Technicolor, WeIO promu par Jean-Louis Fréchin, des américains comme Ninja BlocksSmartThings et Salesforce1 en B2B qui fait un lien direct entre les équipements qui tombent en panne et les techniciens chargés de sa réparation ou DCP (Device Connection Platform) d'Ericsson.

 

En 2014, Google et/ou Microsoft  en B2C vous proposeront d'aspirer toutes vos données d'objets connectés (FitbitWithings...), de les visualiser et de vous alerter facilement. Amazon proposera ce service en B2B2C aux entreprises.

 

3. Les premières offres de rachats dépassant le milliard d'euros pour les plus belles startups d'objets connectés.

 

Les données collectées par les objets connectés sont bien supérieures en nombre, en qualité, richesse et ne nécessite en général qu’un opt-in initial du client, après, toute la collecte est automatisée. Les géants du Web ne peuvent pas passer à côté de cela et doivent rapidement racheter des acteurs ayant une base client déjà massive d’objets connectés pour pouvoir devenir leader sur ce marché dans les années à venir.

 

En 2014, les cibles potentielles de rachat sont dans l'ordre : FitbitNestJawbone et qui sait peut-être Withings et Netatmo et les acquéreurs sont : Google, Microsoft, Apple et peut-être Samsung

 

4. Pas de lancement de l'iWatch, et pas de décollage commercial des smart watches.

 

Les obstacles comme l'autonomie très réduite, la transmission hésitante Bluetooth avec le smartphone, l'écran flexible ne seront pas résolues en 2014 alors qu'elles sont indispensables pour que le marché décolle

 

5. Les grandes marques se lancent dans les objets connectés

 

Des grandes marques d'alimentation (ex: DanoneNestleCoca-Cola...) de cosmétique, hygiène (ex : L'OréalP&G...) et généralement toutes les grandes marques mondiales vont largement communiquer et commencer à distribuer leurs objets connectés. En 2014, c'est encore un peu tôt pour devenir un débouché important des ventes, mais l'e-commerce a mis aussi quelques années avant de décoller.

 

Les objets connectés permettent aux marques de recréer un lien direct avec leurs clients, de recueillir des données d'usage bien plus précises qu'elles n'auraient pas par le biais des intermédiaires usuels (grande distribution, medias...). Rappellez-vous qu'aujourd'hui, la plus grande base de données du monde de poids est Withings avec sa balance connectée. 

 

Ajoutez une pincée de Big Data et vous avez potentiellement une mine d'or (et des clients beaucoup plus exigeants ;)

 

En revanche, les marques pourront moins tricher sur les bienfaits de leurs produits car les clients exigeront des preuves chiffrées et auront tous les moyens de le vérifier directement ou par les autres consommateurs.

 

Attention, certains fabricants, en particulier d’appareils électriques risquent de voir leur business péricliter s’ils ne réfléchissent pas dès maintenant à leur stratégie en terme de services, de modèles économiques, de Go-To-Market et de support Client autour des objets connectés. La Redoute en a fait les frais avec sa stratégie e-Commerce.

 

Une démarche comme celle de Livosphere aide à faire les bons choix, car il ne sert à rien de lancer des objets connectés me-too s’ils ne proposent pas de services différenciants que les clients sont prêts à utiliser et même payer.

 

6. La guerre de standards sur les "sub-1 Ghz" en courte portée et l'apparition de nouveaux réseaux bas débits longue portée (en plus de Sigfox).

 

« Sub- 1GHz » à courte portée (868 MHz en Europe, 902-928 MHz aux Etats-Unis)

Ces fréquences très utilisées dans le bâtiment et dans la domotique, présentent deux avantages par rapport au Wi-Fi et Bluetooth (Smart / 4.1 et BLE - B. Low Energy), les technologies les plus utilisées par les objets connectés hors domotique,  Elles consomment très peu (moins que le BLE), sont moins chères, et ont une portée bien plus importante.

 

Le problème est qu’il n’y a pas de standard qui s’impose parmi les principaux protocoles ouverts  ( 6LoWPanEnOceanZigbeeZWave ). Par exemple, vous ne pouvez pas utiliser votre installation Zigbee pour communiquer directement avec des appareils Enocean ou 6lowpan alors qu’ils communiquent dans la même bande de fréquence.

 

Ce n’est pas tenable.  A la fin 2014, un ou deux standards en 868 MHz / 902 MHz sortiront du lot, les autres protocoles sont voués à disparaître ou seront dédiés à une cible (ex : en B2B dans le domaine du bâtiment, ou à certaines marques).

 

Les critères qui feront pencher la balance sont

  • sa portée, son faible coût, la facilité d’intégration avec le réseau Internet (avantage 6LoWPan),
  • la fiabilité et la faible consommation d’énergie avec la prise en compte de l’energy harvesting (avantage EnOcean) et
  • la base installée et son évolution (avantage Zwave et Zigbee mais les solutions Zigbee ne sont pas toutes interopérables entre elles !).

 

Il reste encore un outsider qui sortira en 2016 le WiFi 802.11ah … sur le créneau « sub-GHz », mais ce sera peut-être trop tard …

 

« Sub-GHz » à longue portée

 

En 2014, les réseaux bas débits longue portée comme Sigfox vont se développer dans le monde et offrir des couvertures nationales. Elles deviendront concurrentes des réseaux mobiles M2M en 2G, 3G lorsque le débit de données reste très faible (ce qui est très souvent le cas) pour des prix beaucoup plus faibles. Petit bémol, les prix du data mobile et des transmetteurs 2G/3G en M2M ont très fortement diminué ces dernières années, ce qui réduit l’intérêt prix.

 

L’intérêt est de permettre aux objets connectés de se relier en direct avec des serveurs (ou le cloud ) sans passer par un smartphone (en Bluetooth), une box ADSL (en WiFi) ou un relais radio (en 868 MHz / 900 MHz ) lui-même branché à une box ADSL pour un coût matériel et d’abonnement, une consommation d’énergie.et un encombrement inférieur à la 2G/3G,

 

Et ce n’est pas fini …

Il y a encore beaucoup d’autres sujets qui feront l’actualité en 2014 comme la géolocalisation indoor, le big data dédié aux objets connectés, , la protection des données venant des objets connectés, la montée des offres de Smart Home par des opérateurs télécoms, d’énergie… …

 

N’hésitez pas à faire part de vos idées et remarques.

 

Je vous souhaite une excellente année 2014 avec des objets connectés qui seront  très souvent au cœur de l’actualité et de plus en plus au cœur de nos foyers.

 

 

Dimitri Carbonnelle – Fondateur de Livosphere - @livosphere

Partager cet article

Écrire commentaire

Commentaires : 0